Exposition

Aurore-Caroline Marty - BOYS BAND
FRAC Bourgogne - ENSA Dijon

par Siloé PETILLAT

Lauréate de la troisième édition de la résidence STOREFRONT, initiée par le Frac Bourgogne et l’ENSA Dijon, Aurore-Caroline Marty (née à Lunéville en 1985, vit à Dijon) travaille depuis le 6 janvier dans la Boutique des Bains du Nord, à la vue de tous. Du 1er au 16 février 2020, son exposition "BOYS BAND" présente le résultat de cette résidence.

Communiqué de presse :

« Boys Band : produits de divertissement. Fabriqués. Assemblés. Corps athlétiques, esthétiques. Sexy pantins de la parade du faux. Du show.
Boys Band rappelle l’âge d’or de la télévision, déchue. Celle du fantasme. Celle du rêve.
Celle de l’onirisme sous poudre. Île paradisiaque ou radeau à la dérive ?

Endroit et envers. Recto et verso. Aurore-Caroline Marty crée des duos, des duels, des dualités. Dualité, c’est à dire qui est double en soi. Tout fait corps et tout diffère. Système binaire.
L’ostentatoire et le modeste. La grandeur et la futilité. Le faux luxe et le vrai kitsch. Papiers glacés et cartons-pâtes. Muscles et pacotilles. Colosses aux pieds d’argile.
Boys Band se regarde des deux côtés du miroir. Et c’est bien du regard, de ce qui est à voir, dont il s’agit. Ce qui est réellement visible dans la matière, mais aussi les images construites par les codes et les récits. Emprunts de mythologie, deux tableaux. Deux décorums. Et leurs photographies respectives. Des mises en scène qui accueillent des combattants impressionnants de virilité sous leur masque et leur costume. Les hommes deviennent matière. Les membres s’ancrent au sol. Les bustes deviennent architecture. Fusion avec le décor. Tout est solide.
À cet instant même, l’espace scénique est devenu photographie. Moment saisi. Moment de l’apogée. Moment du spectacle. Capture instantanée de la lumière sur Plexiglas, modelée par un processus de décalage créant la 3D. Échappant à la 2D.
Le décor quand à lui reste et survit à l’instant. Tel un vestige, il est à la fois le positif et le négatif de la démonstration. De la mise en scène, où se réinvente le mythe antique à la façon d’un divertissement moderne. Au détour d’une cloison, tout est plus fragile. Tout est plus dérisoire. Les belles matières se jouent de nous. S’effacent tels des mirages et se retrouvent sur des détails plus factuels. Volte-face des raisons d’être. Aurore-Caroline Marty détourne les objets et leur sens. Rebat les cartes. Au fil de ses créations, les éléments se réinventent. Les sculptures antérieures réapparaissent. Les feuillages céramiques Fallopia. Le coquillage néon Calypso. Les balustrades Bumble Boogie. Et au milieu, ce sont les objets chinés, ça et là : plantes d’aquarium, nuages-bibelots. Tout est sculpture. Tout est cycle. Module. Sculpture. Kitschothèque. Aurore-Caroline Marty introduit le dépassé, le « de mauvais goût » ce jugement de valeur si subjectif, et le fait rentrer dans le mythe. Du rien surgit le grand. Du haut arrive la chute. »

Juliette Durand

Cette résidence-exposition s’inscrit dans le cadre du PARAC (Pôle d’Action et de Recherche en Art contemporain de Dijon).

Plus d’info :
- site d’Aurore-Caroline Marty
- site du Frac Bourgogne
- site de l’ENSA Dijon

Vignette : Aurore-Caroline Marty par Cécilia Philippe.

P.-S.

- Exposition du 1er au 16 février 2020 ; entrée libre
- Vernissage le vendredi 31 janvier 2020 à 18h
- Ouvert les mercredis, jeudis, vendredis et dimanches de 14h30 à 18h et le samedi de 11h à 13h et de 14h à 18h
- Boutique des Bains du Nord, 16 rue Quentin 21000 Dijon (tram T1 ou T2 arrêt Godrans)