Exposition - Histoire de l’art

Camille Claudel (1864 - 1943)
Art culture traditions en Europe

par Siloé PETILLAT

Du 2 avril au 22 juin, le musée Archéologique accueille une soixantaine d’œuvres de Camille Claudel.

Née en 1864 à Fère-en-Tardenois (02), Camille Claudel commence très tôt à sculpter. Les Beaux-Arts n’étant pas ouverts aux femmes, elle entre à l’Académie Colarossi, où elle suit les cours d’Alfred Boucher, puis d’Auguste Rodin. C’est le début d’une intense collaboration et d’une grande histoire d’amour. Leur relation fusionnelle et tourmentée mènera Camille Claudel à la paranoïa puis à un enfermement psychiatrique qui durera 30 ans, jusqu’à sa mort en 1943.

L’exposition :

Extraits du dossier de presse :

« En partenariat avec la Ville de Dijon, le Conseil général de Côte d’Or, le Conseil régional de Bourgogne, le Crédit Agricole Champagne Bourgogne, la Délégation Régionale aux droits des femmes et à l’égalité de Bourgogne, la Société EMA et France 3, Art Culture Traditions en Europe propose une manifestation de grande qualité génératrice d’animations sur l’ensemble de la région.

Buste d'Auguste Rodin, 1888 - 1889 © Reine-Marie ParisCette exposition est un événement médiatique s’inscrivant dans une série de grandes expositions où partout, Camille Claudel suscite enthousiasme et ferveur.
L’ambition de cette manifestation est de poursuivre la mise en lumière de l’œuvre d’une artiste, trop longtemps éclipsée par la gloire littéraire de son frère ou la renommée incontestée de son maître et amant, Rodin. Cette mise en lumière révèle de plus en plus une originalité puissante et une grande maîtrise des formes.

Les normes sociales et la bienséance bourgeoise du début du XXème siècle en ont fait une damnée, une exclue, une victime de son propre génie. A cette époque, il n’était pas facile d’être une femme, de surcroît talentueuse. Mais sa souffrance, sans qu’elle le sache, a sans doute ouvert la voie à bien d’autres femmes.

Toujours est-il que son œuvre connaît depuis 25 ans un regain d’attention du public, des historiens d’art, des médias, des musées, des collectionneurs et du marché de l’art. Sa vie passionnelle et tourmentée, largement diffusée au cinéma sous les traits d’Isabelle Adjani, la situe dans le cercle mythique des artistes au destin tragique et flamboyant.
La vie de Camille est devenue populaire. Mais la femme démesurée et malheureuse restera à jamais transcendée par sa sculpture. Ses œuvres, un siècle plus tard, ont gardé en effet, un souffle, une fraîcheur et une grande proximité avec les bonheurs et les souffrances de toute vie humaine.

Les Causeuses 1893 © Reine-Marie Paris[...] Avec Camille Claudel, Art Culture Traditions en Europe, célèbre à Dijon une femme sculpteur de génie.
La mise en scène, imaginée par Marie-France Guyot-Renaud, commissaire de l’exposition, veut jeter un nouvel éclairage sur l’œuvre de cette artiste en proposant une rétrospective exceptionnelle de son parcours esthétique.

L’exposition est organisée grâce au concours de Reine-Marie Paris, petite-fille de Paul Claudel et donc petite-nièce de Camille Claudel par sa mère Reine Paris-Claudel. Soixante deux œuvres essentielles mettent en scène la vie, l’amour, la passion et le destin cruel de cette femme emblématique.

L’exposition dédiée à Camille Claudel offre une thématique accessible au grand public qui décline, bien au-delà d’une existence scandaleuse pour l’époque, la générosité de son talent et de son inspiration :

• une femme éminemment émouvante, d’une pièce, “d’une beauté et d’une énergie extraordinaire” (P. Claudel), entière dans sa passion et son art, jusqu’à cesser de créer de n’être pas aimée,

• une femme moderne, émancipée, une créatrice sûre de son génie confrontée à un monde où excellent les hommes, et qui vit une lutte bouleversante pour s’affirmer et sculpter avec une vérité exceptionnelle, sa vie, les êtres qu’elle rencontre et qu’elle aime :
• passionnée,
• libre dans son corps,
• libre dans sa sexualité,
• volontaire et courageuse.

L’exposition réhabilite le côté lumière de son œuvre, occulté trop souvent par le caractère tragique de son destin, "un art, écrivait Paul Claudel, d’allégresse ingénue" ».

Autour de l’exposition :

Projection du documentaire français Camille Claudel de Dominik Rimbault (2002), Grand Prix de la qualité de l’image au XXVIe Festival International du Film d’Art 2002 à l’UNESCO.
Ce film didactique de 48 minutes est présenté sur le lieu de l’exposition. Il montre une grande partie des œuvres de Camille Claudel et fait découvrir sa correspondance avec Rodin, son frère Paul, sa famille, son ami Octave Mirbeau, le galeriste Eugène Blot...

Coup de projecteur sur La France ou Saint Georges de Auguste Rodin (fin XIXe siècle), "œuvre du mois" du musée des beaux-arts, en écho à l’exposition du musée archéologique
du 2 au 28 avril
Musée des Beaux-Arts de Dijon.

Visites commentées par un guide conférencier de la Ville de Dijon, organisées par l’ABC :
jeudi 3 avril et samedi 17 mai
30 personnes maximum. 17 € /18 €. Rendez-vous devant l’entrée du musée archéologique.

Représentation "L’Echange" de Paul Claudel
Organisation : Association Bourguignonne Culturelle
Mise en scène de Yves Beaunesne
Avec Nathalie Richard, Julie Nathan, Alain Libolt, Lazare Herson-Macarel
Théâtre des Feuillants
Rue Condorcet 21000 Dijon
vendredi 4 avril
Réservation - l’ABC : 03 80 30 98 99.

Dédicace, conférence et visite thématique autour du livre Camille et Paul. La passion Claudel (Editions Grasset) en présence de son auteur, Dominique Bona (Prix des lectrices Elle 2007) sur les thèmes de la fièvre, de la passion et du génie entre une sœur et son frère.
Musée archéologique de Dijon
jeudi 10 avril à partir de 11h.

Camille Claudel, de Bruno Nuytten,1988Projections du film Camille Claudel, de Bruno Nuytten (1988) avec Isabelle Adjani et Gérard Depardieu au cinéma Olympia.
Le scénario de ce film a été construit avec la participation de Reine-Marie Paris, petite-nièce de Camille Claudel.
Cinéma Olympia
16 avenue du Maréchal Foch 21000 Dijon
vendredi 25 avril en journée et à 19h30.

Conférence ARTHIS par Agnès Pigler, Docteur en philosophie spécialiste du droit féminin, Déléguée académique à l’Action Culturelle : "La condition de la femme artiste à l’époque de Camille Claudel".
Conseil général de Côte d’Or 2 rue Tissot 21000 Dijon
lundi 28 avril à 18h
Entrée libre.

Table ronde "Camille Claudel. Les femmes ou le silence de l’histoire, hier et aujourd’hui" avec le concours de l’Association Française des Femmes Diplômées des Universités de Bourgogne(AFDU) et de la Délégation Régionale aux Droits des Femmes et à l’Egalité en Bourgogne (DRDFE).
Musée archéologique de Dijon
jeudi 15 mai à 15h.

Concert "Debussy en nocturne" par la Camerata de Bourgogne
Chapelle de l’Hôpital Général de Dijon
3 rue du Faubourg Raines 21000 Dijon
lundi 19 mai à 20h
18 € / 12 € / 8 € / 5,50 €
Réservation - La Camerata : 03 80 44 95 95.

Visite thématique "Autour des œuvres d’Alfred Boucher", présentées à l’exposition, par Jacques Piette, Conservateur du Musée Alfred Boucher – Paul Dubois de Nogent-sur-Seine
Musée archéologique de Dijon
jeudi 23 mai à 15h.

Visite thématique de l’exposition au Musée archéologique de Dijon par Marila Goux, conférencière au Musée d’Art Moderne de Houston.
jeudi 29 mai à 19h
La même visite sera proposée en langue anglaise le lundi 9 juin à 16h.

Visites du Musée François Rude par Catherine Gras, conservatrice du Musée des Beaux-Arts de Dijon
mardi 3 juin et samedi 14 juin à 14h.

Programme susceptible de modifications

Plus d’infos : site de l’exposition

A noter : jusqu’au 20 juillet, une autre rétrospective Camille Claudel rassemble l’essentiel de l’œuvre de l’artiste au musée Rodin, à Paris

P.-S.

- Exposition du 2 avril au 22 juin 2008
- de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h00 tous les jours sauf le mardi, les 1er et 8 mai ; nocturnes les jeudis 17 avril, 29 mai et 19 juin de 19h00 à 21h00
- Plein tarif : 9 € ; tarif réduit, groupes : 7,50 € ; de 12 à 18 ans et étudiants : 5 € ; de 6 à 12 ans : 2,50 € ; gratuit jusqu’à 6 ans
- Musée Archéologique, Ancien dortoir des bénédictins, rue du Docteur Maret, 21000 Dijon (Bus Divia L1, L3, L5 ou L6 arrêt Darcy Chaussier ou Darcy Guillaume, L7 arrêt Darcy Place ou Darcy Guillaume, L2 ou L4 arrêt Grangier Château ou Bossuet Michelet)