Exposition

Cécile Bart
Interface

par Siloé PETILLAT

Interface présente une exposition personnelle de Cécile Bart (née en 1958 à Dijon, vit et travaille à Marsannay-la-Côte). En raison de l’importante du rôle joué par la lumière dans son travail, le vernissage aura lieu en milieu de journée : à partir de 11h, le samedi 7 novembre 2015.

Communiqué de presse :

Il y a des projets qu’il faut savoir mûrir ! Invitée il y a environ huit ans, Cécile Bart nous fait l’honneur, pour nos 20 ans d’existence, d’habiter notre appartement/galerie.
Cette année, l’accent a été mis sur des artistes installés « près de chez nous » et ce fut une évidence de réactiver cette invitation de longue date à Cécile Bart.

Installée à Marsannay-la-Côte, Cécile Bart est une des artistes les plus douées de sa génération et une figure artistique locale. Au fil de ses nombreuses expositions et productions, elle a su gravir les échelons pour avoir un statut de référence et de respect dans le milieu de l’art.
Notre lieu, aux frontières du « white cube » et de l’appartement, donne parfois du fil à retordre aux artistes qui interviennent. Plus qu’une question d’échelle, Cécile Bart s’adapte aux contraintes de l’espace, sans appauvrir le propos de son travail. À la fois peintre et sculpteur (sans réelle frontière), son œuvre « s’étale » du sol au plafond, de l’intérieur à l’extérieur, sur le mur comme dans l’espace, toujours avec justesse et précision, sans en faire trop ! C. Bart a la trempe des artistes qui savent se mesurer à l’espace et en tirer profit pour faire œuvre. La seule acceptation d’un projet comme le nôtre annonce qu’elle a trouvé la solution appropriée.

Cécile Bart, 09/03/11 09:43, 2011 - 594 x 420 mm - impression offset quadri sur couché 250 gr

On connaît l’œuvre de C. Bart par ses peintures/écrans, abondamment commentées depuis le début des années 1990. L’artiste construit des interactions entre la peinture et son lieu d’accueil par la translucidité de plans colorés, dont le spectateur prend la mesure par ses déplacements. « C. Bart a souvent souligné que ses toiles laissent « filer l’instant » comme au cinéma, affirmant la prépondérance du regard au présent dans l’achèvement du tableau. » [1] Elle considère le tableau comme outil visuel et sa peinture est toujours pensée comme moyen, jamais comme une fin. Cette approche est commune à celle de Daniel Buren - qui, il y a un an presque jour pour jour, inaugurait son exposition à Interface.

Outre ses peintures/écrans sur châssis métallique, Cécile Bart a parfois disposé dans l’espace des écrans réalisés directement sur place (comme à Sérignan, en 2011). Elle a par ailleurs cherché à dédoubler la surface peinte en jouant avec des peintures/écrans placés devant et à distance de murs peints (comme chez Valentin, la même année). C’est en quelque sorte la combinaison de ces deux procédés qui sera mise en œuvre à Interface. Elle reviendra pour ce faire sur un motif qui hante l’histoire de la peinture, celui qui va de Mondrian (ex. : Composition with Color Planes 5, Moma) à David Diao, en passant par le dispositif adopté par Malevitch pour l’exposition 0.10 (1917).

Après des expositions personnelles au Consortium en 1993, au Frac Bourgogne en 2009 et une collaboration en 2011 pour notre journal HORSD’OEUVRE, voici encore une occasion de découvrir une nouvelle mise en œuvre de Cécile Bart à Dijon !

Plus d’info :
- site d’Interface
- site de Cécile Bart

P.-S.

- Exposition du 7 novembre 2015 au 9 janvier 2016 ; entrée libre
- Vernissage le samedi 7 novembre 2015 à partir de 11h
- Ouvert de 14h à 19h du mercredi au samedi et sur rendez-vous ; fermé du 24 décembre 2015 au 1er janvier 2016
- INTERFACE appartement / galerie, 12 rue Chancelier de l’Hospital 21000 Dijon (bus Divia L6 ou 11 arrêt Saumaise)

Notes

[1Portrait. Cécile Bart, Jean Arnaud, Critique d’art [En ligne], 32 | Automne 2008