Exposition

Claude Cattelain - Sleep
Interface

par Siloé PETILLAT

Interface présente une exposition de Claude Cattelain. Né en 1972 à Kinshasa (Zaïre), il vit et travaille à Valenciennes (France) et à Bruxelles (Belgique). Se définissant volontiers comme « artiste performer », il tente d’« aller jusqu’au bout tout en sachant que c’est impossible » [1], questionnant la question d’échec.

Communiqué de presse :

« Soit un corps : de la chair, des os, du souffle, de la pensée, une occupation d’espace et une certaine capacité d’action.

Soit ce corps-là, singulier, individualisé : 186 centimètres pour 83 kilogrammes

Soit la construction du monde : une planète, du temps, des empires, des croyances, des espoirs, des engagements, des affrontements…

Soit le monde qui est à portée de main : des pierres, de l’eau, du sable, des poutres... [...]

Claude Cattelain, Kids ! You can play !, 2018

Claude Cattelain ne s’embarrasse pas de dogmes et de théories ; il préfère embrasser avec ce corps-là le monde qui est à portée de ses mains. Si ses actions témoignent d’une volonté inflexible, ce n’est pas celle d’exécuter un projet, mais – au contraire, pourrait-on dire – d’agir sans projet, ici et maintenant. Il se confronte à des matériaux et des espaces qu’il bouge, modifie et agence par l’action de son corps. [2] [...]

Claude Cattelain, Radoub, 2016

Dans ces actions, l’artiste se confronte donc à un espace particulier et des matériaux singuliers. Contrairement à ce que leurs énoncés pourraient laisser penser, ces propositions ne sont donc pas des protocoles abstraits, mais des expériences pratiques. Même si l’action peut être rejouée ailleurs, dans des conditions légèrement différentes, c’est d’abord la rencontre de cette triade qui donne naissance au désir : un corps (celui de l’artiste), un lieu, des matériaux. C’est pourquoi les caractéristiques physiques, visuelles et mécaniques de chacun de ces éléments déterminent absolument l’équation. Un corps plus ou moins grand, plus ou moins fort, plus ou moins souple, plus ou moins endurant modifierait l’action tout autant que l’usage de blocs plus ou moins lourds, de tasseaux plus ou moins longs, d’espaces plus ou moins exigus, etc. »

Karim Ghaddab, "Parce qu’il faut que je fasse quelque-chose" - plaquette de l’exposition Step By Step - Galerie l’H du Siège - septembre 2017

Légende de la vignette : Claude Cattelain, vidéo hebdo, 2010, film, 1’53’’ (capture d’écran)

Plus d’infos :
- site de l’artiste
- site d’Interface

P.-S.

- Exposition du 3 février au 10 mars 2018 ; entrée libre
- Vernissage le samedi 3 février 2018 à partir de 18h
- Exposition ouverte de 14h à 19h du mercredi au samedi et sur rendez-vous
- Interface, 12 rue Chancelier de l’Hospital 21000 Dijon (bus Divia L6 ou 11 arrêt Cité Dampierre)

Notes

[1Claude Cattelain, Tentatives, L’être lieu – Arts contemporains Arras, n° 9, mars 2017

[2La préparation d’une exposition s’apparente ainsi le plus souvent à une résidence où l’artiste se rend attentif aux caractéristiques du lieu, afin d’en exploiter les potentialités. L’exposition n’est pas ce moment de pause et d’ordonnancement qu’il représente pour la plupart des artistes, c’est une temporalité autre, un format particulier et l’opportunité d’engager de nouvelles expériences.