Architecture

Collectif Fakir - Dijon vu par

Ville de Dijon

par Siloé PETILLAT

Chaque été, l’exposition "Dijon vu par..." propose à des artistes - photographes, peintres, vidéastes... - de livrer leur regard sur la cité. Cette année, les architectes, designers ou paysagistes du collectif Fakir ont imaginé de faire de Dijon leur terrain de jeux ; ils livrent leur vision fantasmée de la ville.

Communiqué de presse :

Le collectif FAKIR : Un mélange d’audace et de belles idées

Fakir est un collectif dijonnais de rêveurs engagés qui ont décidé un jour de voir leur ville sous un autre angle. Composée d’architectes, de paysagistes, de photographes et de bien d’autres professions, l’association a pour unique prétention de vouloir donner au grand public l’envie d’architecture par le biais de projets utopiques.

Fin 2007 : premières réunions des fondateurs du collectif FAKIR. Au début seuls quelques architectes partagent leurs points de vues et échappent à la réalité de “la commande” avec ses contraintes financières et réglementaires, avec l’envie de s’amuser, dessiner, inventer. La naissance est partie d’une frustration : les archis se sentaient perçus comme des techniciens, des faiseurs de permis et non pas comme des créatifs pouvant apporter un regard neuf sur la ville.

Très vite, chacun est venu avec son projet “idéal” en rapport avec un site dijonnais pour lequel il imaginait quelque chose de différent. Ces projets étaient présentés lors de séances collectives et discutés âprement autour de bons vins bourguignons. Malgré tout, ces débats n’avaient lieu qu’en vase clos et ne touchaient que des convaincus. Le partenariat avec le Bien Public a permis l’ouverture au grand public. Chaque fin de semaine, les lecteurs étaient confrontés à ces projets utopiques et les réactions ne se sont pas fait attendre : enthousiasme, rejet, encouragement, insultes… Fakir était né.

Collectif Fakir, Les ailes de la chouette, 2015

Une première salve de douze projets, puis une deuxième l’année suivante. Dans le même temps, le collectif s’ouvre à d’autres professions, participe à une conférence, commence à faire parler de lui en dehors des pages du journal local. Paysagistes, photographes et designers sont venus grossir le groupe d’amis pour former un collectif dont l’objectif premier de soulever l’enthousiasme et éventuellement d’engager le débat.

Au début des travaux, Fakir s’attaque au tramway et propose une quinzaine de dessins, photomontages et autres élucubrations détournant l’aménagement initial. L’humour et la légèreté sont toujours au rendez-vous.

Pour la quatrième salve, la méthodologie change et Fakir décide de se concentrer collectivement sur quelques lieux emblématiques de Dijon : le centre Dauphine, la tour Saint-Nicolas, les toits bourguignons et la place du théâtre.

L’idée d’exposer tous ces projets à la fois trottait depuis un moment dans les têtes de Fakir. Avoir été retenu par la mairie pour l’exposition “Dijon vu par” constitue pour le collectif une belle occasion de concrétiser son premier objectif : donner l’envie d’architecture.

L’exposition vous emmène au sommet de la tour Philippe Le Bon depuis laquelle un panorama de la ville revisitée par Fakir s’offre à nos yeux. Des lieux stratégiques aux plus anodins, une nouvelle image de Dijon prend vie au travers de dessins, de montages, de maquettes et de textes.
Vous ne trouverez dans ces projets aucune représentation conventionnelle de l’architecture traditionnelle, aucune cohérence budgétaire ou réglementaire : Fakir se fixe pour unique contrainte de suivre son impulsion conceptuelle, l’envie spontanée de sublimer un site par l’émotion qu’il provoque.

Par ces images d’une ville fantasmée, Fakir veut avant tout donner l’envie au visiteur de s’approprier l’espace urbain pour qu’il le remplisse à son tour de ses propres rêves.

« Nous y donnons notre vision de Dijon et souhaitons que chacun se demande en quoi l’architecture fait sens dans son quotidien. On n’y pense pas forcément en se baladant dans les rues mais avec cette exposition, les visiteurs vont réaliser à quel point certains coins de la ville peuvent s’éveiller avec de la couleur, un objet, une ambiance… »
Marie-Pierre, trésorière du collectif.

Plus d’info : site de la Ville de Dijon


- Exposition du 27 juin au 20 septembre 2015 ; entrée libre
- Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h ; fermé les jours fériés
- Palais des Ducs et des États de Bourgogne, Salon Apollon, 89 rue de la Liberté 21000 Dijon (bus Divia L4 ou L5 arrêt Grangier ou L6 ou 11 arrêt Théâtre)

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1178091

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site 2015  Suivre la vie du site Juin   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2i + ALTERNATIVES + Hébergement : Agence interactive i-com + Gestion : Association position: relative;

Creative Commons License