Exposition - Montigny-sur-Vingeanne (21)

Des samedis Art rien faire / Paris sur Vingeanne

ArtBFC

par Florian BOURGEOIS

ArtBFC organise la 9ème édition de son événement d’art contemporain en Val de Vingeanne. Cette édition sera la dernière, avant qu’ArtBFC ne se consacre à un projet d’une ampleur plus importante, prévue à l’occasion des 10 ans d’ArtBFC en 2013.
JPG - 342.4 ko
Des samedis Art rien faire / Paris sur Vingeanne 2011

Communiqué de presse :

Paris sur Vingeanne

Arts plastiques : Exposition à Montigny-sur-Vingeanne (21), impasse du Château, du 24/09 au 23/10, les samedis, dimanches de 14h30 à 19h, et les autres jours sur rendez-vous.

Avec Carlo Fei (photographie, vidéo), Julie Polidoro (peinture), Track Now (performance, installation, photo, vidéo), Lei Yang (performance, installation).

Des samedis Art rien faire

Danse : Barbara Caillieu sur une chorégraphie de Florent Ottello au lavoir des Illotes à Montigny-sur-Vingeanne, le samedi 24 septembre à 16h.

Musique : Master class à Dijon « Flûte et traitement informatique du son en temps réel » avec conférence et concert. Concert exceptionnel d’étudiants du CRR et du Pesm de Bourgogne, puis de Sophie Cherrier assistée de Grégoire Lorieux - à l’église de Fontaine-Française, le samedi 22 octobre à 19h30.

Programme du samedi 24 septembre

Montigny-sur-Vingeanne / Lavoir des Illotes
16h : Pneumatica, solo de danse de Florent Ottello interprété par Barbara Caillieu ; Durée 45’

Florent Ottello a choisi de développer un solo pour Barbara Caillieu, parce qu’elle est danseuse, femme et mère... un état que lui, homme, ne pourra jamais éprouver. Musique de Bertrand Larrieu, costume de Kilye Walters.

Montigny-sur-Vingeanne / Impasse du Château
18h30 : Vernissage ponctué de deux performances, de Lei Yang et Track Now
20h30 : repas en présence des artistes (réservation vivement conseillée)

Programme du lundi 17 au vendredi 21 octobre

Dijon / Université
Lundi 17 octobre, 18h - 19h30 : Conférence de Grégoire Lorieux Les musiciens et l’ordinateur : la musique électronique en temps-réel, autour d’œuvres de Philippe Manoury.

Jeudi 20 octobre à 19h : concert avec les étudiants d’électroacoustique de Vincent Carinola, professeur au Pesm et création d’Hypnos pièce acoustique pour 10 flûtes (salle de spectacle à confirmer à Dijon).

Dijon / Conservatoire
Jeudi 20 et vendredi 21 octobre : master class de Sophie Cherrier et Grégoire Lorieux avec les étudiants des trois institutions supérieures de formation musicale de Bourgogne, ouverte au public, ponctuée d’un concert.

Programme du samedi 22 octobre

Fontaine-Française / Eglise
19h30 : Concert exceptionnel 1ère partie : étudiants du Conservatoire à rayonnement régional de Dijon et du Pôle d’enseignement supérieur de musique de Bourgogne encadrés par Martine Charlot, Claire Louwagie. Jupiter, pour flûte et électronique en temps réel - Philippe Manoury (né en 1952). Durée 40’

2ème partie : Sophie Cherrier, flûte, assistée de Grégoire Lorieux, ingénieur à l’Ircam, pour le traitement du son en temps réel.

Noa Noa, pour flûte et électronique en temps réel - Kaija Saariaho (née en 1952)
Dialog no dialog, pour flûte et dispositif électronique – Pierre Jodlowski (né en 1971)
Œuvres, de CPE Bach, Claude Debussy, Edgar Varèse, André Jolivet ou Luciano Berio. Durée 50’

LES ARTISTES

Carlo Fei

JPG - 47.1 ko
Carlo Fei, Senza titolo, 80 X 100cm Project Val di Luce, serie Né piùné meno, 2008

Le travail de Carlo Fei est au cœur de la photographie en ce sens qu’il l’interroge constamment en sa fonction initiale et supposée de reproduction du réel, tant sur les plans de l’illusoire que de l’illusion, de l’œuvre plastique que des recherches conceptuelles. Outre une vidéo « Di oscuri siti » et un tirage de la série « Fatti di niente », nous présenterons en particulier des images du projet "Black Light". Elles ne s’éloignent pas par leur contenu des travaux précédents de Carlo Fei, mais pour leur « développement » il a suivi une procédure très particulière : à partir de prises de vue en couleur a suivi une élaboration, un travail technique de manipulation digitale et de développement numérique qui a cherché à inverser et renverser l’équilibre entre positif et négatif, entre la lumière claire, shining, et la lumière sombre. Dans les photographies que nous exposons, les extrêmes habituellement opposés et séparés s’unissent et se confondent, le noir et blanc et le RGB se rencontrent dans une unicité particulière et pour cela, pleine de signification. La réélaboration digitale accomplie par Carlo Fei donne à ses photographies un effet final presque pictorialiste dans lequel le sujet photographique disparait sous l’atmosphère de l’image, atmosphère non plus invisible, mais palpable. Ces œuvres de Carlo Fei, dans leur tentative de fondre et dépasser les contraires sont porteuses d’un sens contemporain : la forme se désagrège pour continuellement se reconstituer afin que le mimétisme s’accomplisse. Carlo Fei nous a été présenté par Rossella Tesi, comme lui florentine, curatrice et collaboratrice de la revue i.ovo http://www.iovo.it, dont nous avions fait la connaissance à l’occasion d’un séjour à Vicchio, ville natale de Giotto.

http://www.carlofei.com
http://www.artext.it/Alessandro-Sarri.html

Julie Polidoro

JPG - 70.2 ko
Julie Polidoro, PAR TERRE, 150 x 220 cm, technique mixte sur toile libre, 2010

Née à Cannes en 1970, elle a grandi à Rome jusqu’à 18 ans, et depuis vit à Paris. Diplômée de l’ENSBA de Paris avec les félicitations, elle a aussi vécu à New York grâce à une bourse de Hunter College et à Honk Hong avec une bourse de l’UNESCO. Elle a exposé dans de nombreuses capitales européennes et à New-York. A Paris elle est représentée par la galerie Odile Ouizeman www.galerieouizeman.com

Frontières Floues

Ses travaux les plus récents sont des grandes peintures sur toile libre (sans châssis) qui pendent dans l’espace. Depuis 6 ans, elle prend des photos de vues aériennes de territoires géographiques cachés en partie par des nuages. Dans les nuages il y a des inscriptions de moments précis dans le temps. Il y est question du paysage comme fonction du temps. La perception du temps vue comme quelque chose qui apparaît et qui disparaît, qui est discontinue, comme sa perception du visible, comme son être au monde. Il y a des trous de vision, des interruptions du visible matérialisés par les nuages. Le support reste vide par endroits, sans qu’aucune matière ne le recouvre (absence de pigments), afin que sa lecture soit elle aussi impermanente.

Il n’y a plus un seul centre, l’homme n’est plus au centre. Donner forme pour elle, c’est travailler les bords. Ce qu’elle recherche, c’est la possibilité d’une multiplicité des entrées et des sorties, dans le tableau, que l’œil ne puisse se poser nulle part : il n’y a pas une seule entrée possible dans le tableau. C’est hors du cadre que ça se passe : tout n’est pas dans ce qu’elle voit, tout n’est pas dans le cadre. Son souhait est de renvoyer à du non visible. Être présente pour elle, c’est être présente au flottement de ses sensations, de ses perceptions, à leur fluidité et à leur impermanence d’un état à un autre, à leur perpétuel devenir. Comme dans toute remémoration mentale, la bande avance, revient, avance à nouveau, dérape, saute, glisse. De la même façon, elle aime que la vitesse de perception du regard du spectateur, soit par moments réduite au silence, puis relancée. Le ciel et ses nuages sont à l’opposé de toute notion de cadre.

http://juliepolidoro.com

Track Now

Track Now est un collectif de trois artistes, Didier Bourdenet, Alexandre Domini et Pauline Repussard, issus de l’école d’art de Besançon. Ils développent une approche de l’espace et du volume par : le multiple, le geste, le rythme, le détournement, le rangement, le chantier, l’archive, les matériaux industriels, la récupération. A travers différentes installations qui suggèrent la notion de quotidien, il s’agit de prendre en compte le contexte, le support et la matière dans leur globalité ; que se soient une feuille de papier A4, de la peinture industrielle, un sachet de 1000 sacs plastiques, un volume extérieur ou intérieur ; mais aussi de s’interroger sur le statut, sur le fait d’être, non seulement artiste, mais vivant et pensant.

JPG - 59.3 ko
Track Now, CELLULE, performance, 2010

Comment et pourquoi ? Dans un maintenant, un présent aux conditions difficilement discutables, où la marchandise est le sujet du pouvoir. C’est une somme d’actes qui maintient Track Now en cette substance multiple et unique à la fois, qui prévenant son devenir, prolifère en se jouant de sa précarité et de son destin entropique. Un peu comme la poussière se dépose systématiquement sur un écran, comme un tic de langage nous colle à la langue, Track Now appartient au quotidien, tout en menaçant de l’envahir... Pour Paris sur Vingeanne, ils ont imaginé une nouvelle performance collective pour le jour du vernissage. Il sera ensuite possible d’en voir des traces, mais aussi des pièces réalisées individuellement.

http://art.track-now.fr

Lei Yang

JPG - 81.3 ko
Lei Yang, The black flower, 2011 © Lei Yang

À la fois performeuse, plasticienne et vidéaste, Lei YANG artiste chinoise née en 1983, vit et travaille en France depuis 2005. Diplômée de l’ENSA de Dijon en 2011, elle est aussi un des membres fondateurs du collectif féminin de performances ALIAS BLACK MARKET fondé en 2007. Ses nombreux travaux, multidirectionnels, mêlent performances, vidéos, sculptures et installations tout en entremêlant les repères asiatiques et occidentaux, autant sur le plan culturel que formel, elle est souvent l’actrice principale de ses œuvres et n’hésite pas à mettre son propre corps à l’épreuve d’une certaine forme de danger, de violence ou de comique. Dans l’œuvre polymorphe de Lei YANG, c’est l’attitude qui prime ; l’expérience est envisagée comme une forme de liberté.

À l’occasion de l’exposition Paris sur Vingeanne, du 24 septembre au 23 octobre 2011 à Montigny-sur-Vingeanne, Lei YANG présente deux nouvelles pièces. Pour la première, une installation intitulée « LA PEINTURE DE PAYSAGE », elle utilise des cadres desquels elle a ôté les toiles afin de faire une série de tableaux sans fonds. L’idée est inspirée des formes d’installations de tableaux picturaux sur les surfaces murales d’un musée ou chez des particuliers. Insistant davantage sur la présence du cadre que sur son contenu, le cadre n’est alors plus la frontière entre l’œuvre et son environnement, mais devient l’œuvre à part entière, incluant l’environnement même.

La seconde est une performance intitulée « HÉROÏNE L’ÉTANG », où l’artiste crache face à un fort flux d’air créé par une puissante ventilation qui provoque le retour de la salive sur elle-même, créant ainsi à la fois une image et une action grâce à un geste à l’origine banal et anodin. Le résultat peut être inattendu.

http://leiyangfr.blogspot.com

Florent Ottello, Barbara Caillieu, Pneumatica

Florent Ottello a été formé en danse contemporaine au Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, a créé sa compagnie La Galerie, basée à Auxerre (89) en 2004. Complice d’artistes d’horizons différents (musiciens, écrivains, photographes, sculpteurs, chanteurs, vidéastes...), il y développe des projets pluridisciplinaires créant des spectacles-événements, résolument offerts au public. Intimité et représentation, identité, perception de soi et regard d’autrui sont des thèmes qui parcourent la plupart de ses créations. Il souhaite explorer les manifestations physiques des émotions. Chaque être humain possédant une part de masculinité et de féminité, il lui semble intéressant de travailler avec un corps différent du sien.

Florent Ottello a déjà participé aux Samedi Art rien faire. La première fois, devant un public nombreux et divers, son spectacle en deux parties, présenté dans la cour du Château de Fontaine-Française, avait eu un grand succès et avait marqué fortement les esprits et les sensibilités (cf. art BP du 29/09/09). Le travail qu’il avait ensuite réalisé avec des collégiens avait aussi été d’une très grande richesse.

Barbara Caillieu a choisi la danse contemporaine après une formation en danse classique, en intégrant le Conservatoire Régional de Montpellier puis le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, dont elle est sortie diplômée en 1997. Elle a dansé pour différentes compagnies en France : Michèle Ettori, Les gens du Quai, La Cie Stanislaw Wisniewski. Mais aussi en Suisse en intégrant la Cie Alias à Genève pour plusieurs années. Elle travaille actuellement de nouveau en France avec Nathalie Collantès (Cie Fanfare blême), Mylène Benoit (Cie contour progressif) et Michèle Rust (Cie Milonga). Elle est également diplômée d’état de professeur de danse (2004) et depuis enseigne en milieu scolaire.

JPG - 61.4 ko
Pneumatica © Jérôme Perez

Pneumatica est un voyage intérieur, intime. Une danse à l’énergie intériorisée. La chorégraphie oscille entre mouvements vibratoires et véritables temps suspendus. Elle se déploie dans le silence, silence bercé dans une ambiance sonore issue de sons capturés dans la nature... De l’éveil au commencement de la matière, la danse de Pneumatica est une bouffée d’oxygène où le temps se réinvente, une chorégraphie faite d’ondulations, de balancements, de frôlements. Le mouvement étire le temps afin de se déployer dans une extrême délicatesse et de façon très sensible. De cet espace vide, épuré nait des odeurs, une chaleur, des paysages. La danseuse nous entraîne et nous fait traverser différents états et histoires.

http://www.cie-lagalerie.fr

Sophie Cherrier

JPG - 24 ko
Sophie Cherrier

Née en 1959 à Nancy, où elle fait ses études musicales au Conservatoire de région, Sophie CHERRIER remporte en 1979 le Premier Prix de flûte dans la classe d’Alain Marion et en 1980 le Premier Prix de musique de chambre du Conservatoire de Paris dans la classe de Christian Lardé. Elle a été professeur au Conservatoire national de région de Paris jusqu’en novembre 1998. Elle est nommée professeur au Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris en décembre 1998. Ses dispositions pour la pédagogie la font participer à de nombreux master classes lors de festivals ou académies.

Sophie CHERRIER est soliste au prestigieux Ensemble Intercontemporain depuis 1979. Elle a à son répertoire de nombreuses créations ; elle est l’interprète de Jupiter de Philippe Manoury, d’...explosante-fixe... de Pierre Boulez pour flûte Midi, deux flûtes et ensemble et a récemment enregistré la Sequenza I de Luciano Berio (Deutsche Grammophon). Elle s’est aussi produite en musique de chambre ou en soliste avec le Halle Orchestra de Manchester, l’Orchestre de Cleveland, l’Orchestre de Freiburg, l’Orchestre Philharmonique de Los Angeles, le Sinfonietta de Londres.

http://flute.etoile-b.com/articles.php ?lng=fr&pg=197

Grégoire Lorieux

JPG - 39.3 ko
Grégoire Lorieux

Né en 1976, Grégoire Lorieux a étudié la musique ancienne, la composition, l’électroacoustique et la direction d’orchestre. Au Conservatoire supérieur de Paris, il a étudié l’analyse avec Michael Lévinas, la composition avec Frédéric Durieux, Marco Stroppa et Gérard Pesson. Ses activités musicales sont diverses : composition, improvisations électroacoustiques et « performances de théâtre sonore » (avec l’ensemble diffraction), théâtre et multimédia (compagnie Le Fiacre), réalisation informatique à l’Ircam et avec l’ensemble Multilatérale. Il participe au projet « Tigouli » d’Emmanuelle Lizère pour la petite enfance : composition d’un disque, création d’une installation interactive.

Depuis 2004, Grégoire Lorieux est réalisateur informatique chargé de l’enseignement à l’Ircam. Il a présenté au Centre Pompidou deux saisons de concerts commentés avec des œuvres créées à l’Ircam (« Une heure, une œuvre »). Au sein du département pédagogie de l’Ircam, il développe ainsi particulièrement des activités pédagogiques pour le jeune public et le grand public : documentation sur les œuvres, développement d’outils pédagogiques, ateliers pour les collèges et lycées, ateliers sur la musique mixte : le projet Études Électriques se présente comme une réflexion sur la pédagogie de la musique mixte pour les très jeunes instrumentistes. En 2009, il a reçu le prix SACEM des jeunes compositeurs.

http://gregoirelorieux.net/gregoire_lorieux_compositeur/home.html

Plus d’info : site de ArtBFC


- Tarifs : spectacle et concert en Val de Vingeanne : 5,5€ / moins de 12ans : gratuit / performances et entrée de l’exposition : gratuit / repas en fin de vernissage : 13,50€
- Contact et informations : ArtBFC - 06.33.10.98.41 - art.bfc@wanadoo.fr

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 483767

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site 2011  Suivre la vie du site Septembre   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2i + ALTERNATIVES + Hébergement : Agence interactive i-com + Gestion : Association position: relative;

Creative Commons License