Exposition

Didier Vermeiren - « Étude pour le monument à Philippe Pot (1996-2012) »
Le Consortium - Les Nouveaux commanditaires - Association pour la commémoration du 500e anniversaire de la mort de Philippe Pot

par Siloé PETILLAT

Le Consortium présente à l’église Saint-Philibert le prototype d’une sculpture monumentale de Didier Vermeiren commandée en 1993 par l’association pour la commémoration du 500e anniversaire de la mort de Philippe Pot, dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires.

Communiqué de presse :

En 1993, dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires, l’association pour la commémoration du 500e anniversaire de la mort de Philippe Pot (1428-1493) a passé commande d’une sculpture en hommage à celui qui fut premier conseiller, puis Grand Chambellan du duc de Bourgogne Philippe Le Bon. Ce monument était destiné à être placé dans son logis du château de Chateauneuf-en-Auxois qui lui fut donné en 1457.

Didier Vermeiren - « Étude pour le monument à Philippe Pot (1996-2012) »

Didier Vermeiren (né à Bruxelles en 1951), sollicité par Le Consortium qui assure la médiation de la commande, a conçu un projet comportant quatre éléments suggérant chacun la possibilité d’un déplacement. Cette création est à mettre en rapport direct avec le mausolée de Philippe Pot pour la chapelle Saint Jean-Baptiste à l’abbaye de Citeaux (aujourd’hui conservé au Louvre), dont le principe du gisant porté par huit pleurants marqua un moment crucial de l’évolution de la sculpture funéraire.

L’artiste belge, fin connaisseur des collections du Louvre, s’est très tôt intéressé au tombeau de Philippe Pot ; son art s’étant toujours placé sous le signe du questionnement fondamental de la tradition sculpturale, comme des possibilités de la sculpture aujourd’hui. Il fait partie d’une génération qui, dès les années soixante-dix, en s’appuyant à la fois sur les acquis de l’art conceptuel et minimal, mais aussi sur l’histoire de l’art, a contribué à redéfinir le discours artistique tout en conservant une place de premier choix au savoir-faire technique (la main et la fabrication).

Une première maquette en trois dimensions mais de taille réduite, ainsi qu’une série de photographies originales de celle-ci furent réalisées par l’artiste. Malheureusement les résistances et atermoiements des services du patrimoine du Ministère de la Culture interrompirent le processus de commande. Plus récemment, le transfert de propriété du château de l’État à la Région de Bourgogne (1er janvier 2008) a permis d’engager une réflexion globale sur le projet de ce site très visité.

L’organisation par le Musée des Beaux-Arts de Dijon d’une exposition (à partir du 12 octobre 2012) consacrée à l’art du sculpteur François Rude – et à celui de sa femme Sophie, peintre et petite-cousine du sculpteur Emmanuel Fremiet – ajoutée à la négociation autour de l’avenir du logis de Philippe Pot à Chateauneuf-en-Auxois, ont semblé offrir un environnement propice à la relance de cette commande tout particulièrement ancrée dans l’histoire de la Bourgogne et qui se veut un écho à la fécondité de la sculpture dans cette terre.

Dans cette perspective, un modèle définitif et à l’échelle 1 du monument, en bois peint d’une couleur rouge vif, a été réalisé par l’artiste. Il sera présenté (en compagnie de sa première maquette) au centre de l’admirable nef romane (datant du XIIe siècle) de l’église dijonnaise, en résonance chronologique exacte avec celle de Citeaux (1130-1150) dont une des chapelles abrita longtemps le tombeau de Philippe Pot.

Soit donc un faisceau d’inventions et de références pour une exceptionnelle « affaire » de sculpture.

Plus d’info : site du Consortium

P.-S.

- Exposition du 28 septembre au 28 octobre 2012 ; entrée libre
- Vernissage le vendredi 28 septembre 2012 à 11h
- Ouvert tous les jours de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h
- Église Saint-Philibert, rue Michelet 21000 Dijon (bus Divia L4 ou L5 arrêt Bossuet ou Grangier)