Exposition

Étrange visage - Portraits et figures de la collection Magnin
Musée Magnin - Réunion des musées nationaux-Grand Palais

par Siloé PETILLAT

Dans le cadre de la mise en lumière de la collection de portraits du musée Magnin, la photographe Virginie Marnat-Leempoels (née en 1970, vit et travaille à Dijon) a été invitée à livrer sa vision du visage.

Communiqué de presse :

Les Magnin ont montré une prédilection pour le portrait : en témoigne leur abondance d’une part, la qualité de quelques tableaux qui font partie des chefs-d’œuvre de la collection d’autre part : un Portrait d’homme autour duquel les noms de Philippe de Champaigne et Simon Vouet sont prononcés, le Portrait de la fille aînée de l’artiste peignant son jeune frère de Claude Lefebvre, une Femme au collier de jais datant du début de la Restauration.

Anonyme français, La jeune Fille au collier de jais, vers 1815 - huile sur toile - 55,5 x 49 cm - Musée Magnin, Dijon - © service de presse Réunion des musées nationaux - Grand Palais / Stéphane Maréchalle

L’importance des portraits représentant sans emphase des personnes “ordinaires” dans ce qui fut une collection privée, a incité à choisir la dimension structurelle du visage, la “visagéité” (pour reprendre l’expression de Deleuze et Guattari) pour fil conducteur de l’exposition. Non exclusif de la dimension historique des œuvres – qui sera en particulier restituée dans certaines notices développées (et cartels) - nous voudrions aussi porter sur ces peintures ou dessins du XVIIe au XIXe siècle un regard contemporain et anthropographique, plus fréquemment posé sur l’art moderne et extra-européen. Par quels moyens passe-t-on du visage au portrait (point de vue de l’artiste) et du portrait au visage (point de vue de la perception) ? Le propos de l’exposition vise à expliciter quelques données qui rendent compte du portrait comme une construction culturelle.

Isidore Alexandre Augustin Pils (1813-1875), La Mère Saint-Prosper sur son lit de mort, vers 1850 - huile sur toile - 56,5 x 50 cm - Musée Magnin, Dijon - © service de presse Réunion des musées nationaux - Grand Palais / Stéphane Maréchalle

C’est pourquoi l’exposition est présentée de façon typologique : figures costumées, âges de la vie, regards obliques, profils, géométrie du corps, portraits dans un paysage, autoportraits, coiffes et accessoires, miniatures, personnes représentées dans l’exercice d’une charge, portraits intimes, la beauté en question. Dans cette perspective, on a également inclus les têtes d’étude et d’expression, qui enrichissent cette géographie du visage et du corps et permettent de mieux apprécier ce qui différencie une “figure” d’un portrait. Quelques œuvres de la photographe dijonnaise Virginie Marnat, mises en rapport avec des peintures exposées, renouvellent le regard sur certains portraits et participent à l’invitation à redécouvrir cet objet étrange qu’est le visage.

Virginie Marnat Leempoels (née en 1970), Lydia, 2005 - photographie - collection de l'artiste - © Virginie Marnat Leempoels

L’exposition est constituée d’une sélection d’environ 40 dessins, terres cuites et miniatures, 145 peintures et 3 œuvres issues d’autres collections, toutes écoles confondues. Environ la moitié d’entre elles sont actuellement conservées en réserve et la plupart restaurées pour l’exposition.

Giovanni de Busi dit Cariani (vers 1485-après 1547), Portrait d'un joueur de viole, vers 1512-1515 - huile sur toile - 64 × 51 cm - Musée Magnin, Dijon - © service de presse Réunion des musées nationaux - Grand Palais / Thierry de Girval

Plus d’info :
- site du musée Magnin
- site de la RMN

P.-S.

- Exposition du 7 juin au 7 octobre 2012
- Ouvert tous les jours (sauf le lundi) de 10h à 12h et de 14h à 18h
- Plein tarif : 5,50 €, tarif réduit : 4,50 €, gratuit pour les moins de 26 ans (ressortissants de l’UE ou en long séjour) et pour tous le 1er dimanche de chaque mois
- Musée Magnin, 4 rue des bons enfants 21000 Dijon (bus L6 arrêt Théâtre)