Exposition

Guillaume Boulley - Il y a des tableaux parce qu’il y a des murs
Interface

par Siloé PETILLAT

Né en 1987, Guillaume Boulley, qui vit et travaille à Dijon et à Saint-Étienne, expose à Interface jusqu’à début janvier 2020. Il interroge la peinture en explorant ses rapports à l’espace d’exposition et à l’in situ, en faisant dialoguer le peint et le non-peint, la 2D et la 3D, ainsi qu’en questionnant les notions d’auteur et de savoir-faire.

Communiqué de presse :

« Aujourd’hui, toutes les quincailleries vendent des rouleaux à peindre et de grands pots de rouge, de jaune, de bleu. Sur la planète, il est vrai, tout le monde n’a pas encore accroché son Monochrome. [1]

À l’origine il y a un regard, et l’influence d’un contexte à la fois d’existence, mais aussi de présentation de la peinture, qui déterminent sa lecture et sa perception. Un regard porté sur le monde, notre quotidien : une certaine esthétique collective que je traduis en terme de matières, de supports, de gestes, de surfaces.

Mon travail s’inscrit dans l’héritage du minimalisme et de la peinture radicale, concrète, interrogeant le médium peinture au travers de ses propres moyens d’existence. Je considère, pense et produis des peintures avec comme postulat de départ, ce qu’Olivier Mosset définit comme “des ready-made invisibles”, quelque chose qui existe déjà : formes, couleurs, objets, espaces, des éléments concrets. J’emploie principalement des peintures de bâtiment, industrielles (similaires à celles appliquées sur le mur), ainsi que des laques de carrosserie et parfois de l’huile, variant aussi les outils : brosse, rouleau, pistolet, le plus souvent en minimisant toute trace de facture.

La question du support est essentielle dans mon travail. Je me laisse la liberté d’investir différents espaces tels que le mur et le tableau, ne me limitant pas à ce dernier bien que celui-ci tienne une place fondamentale. La notion [d’espace de la peinture et de peinture dans l’espace] est devenue au fil du temps l’axiome de ma recherche, conditionnant à la fois mon regard, ainsi que ma manière de concevoir la peinture.

Faisant écho au positionnement de Frank Stella : “What you see is what you see”, mes peintures revendiquent une position frontale dans le sens où ce qu’il y a à voir c’est cela : de la peinture. Néanmoins, il n’est pas uniquement question de révéler l’espace extérieur au tableau, mais aussi d’inclure celui-ci dans la perception de la peinture, en traitant de la réalité matérielle des composantes de cette dernière. Le mur joue un rôle majeur, il est au cœur de mon travail impliquant une notion de champ hors-champ, de vide et de plein que le format sublime par sa présence. Cela se traduit par une réflexion sur la notion de limite du médium, autant sur le plan formel que conceptuel. J’aborde le mur tel un catalyseur : la condition première et déterminante de l’existence de l’objet peinture. Comme le dit Georges Perec dans son œuvre Espèces d’espaces : “Il y a des tableaux parce qu’il y a des murs”.

Ce texte nourrit ma réflexion qui tend depuis quelques temps à se réduire à l’utilisation de la couleur blanche. Devenant le dénominateur pictural commun à l’espace de la toile et au mur qui lui est contigu, le blanc s’affirme comme un lien spatial et conceptuel, arrimant la toile à son contexte d’exposition. Mon travail ne relève pas uniquement du monochrome – je n’utilise néanmoins que rarement plus d’une couleur sur la surface – laissant parfois des zones non peintes pour leurs qualités chromatiques. Le contraste que cela implique, génère alors une dynamique mettant en jeu cette problématique de la limite, qui m’intéresse beaucoup. »

Plus d’info :
- site d’Interface
- site de Guillaume Boulley

Copyright de la photo en vignette : Blaise Adilon

P.-S.

- Exposition du 16 novembre 2019 au 11 janvier 2020 ; entrée libre
- Vernissage le samedi 16 novembre 2019 à 18h
- Soirée du cycle Internote le mercredi 8 janvier 2020 à 18h30 (coproduite avec Why Note) : causerie, concert et dégustation avec Valérie Dupont, maîtresse de conférences en Histoire de l’art contemporain à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté/Dijon, Eric Chenaux, musicien & Benoit Kilian (BK Vins)
- Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h et sur rdv - fermé du 23 décembre 2019 au 1er janvier 2020
- Interface, 12 rue Chancelier de l’Hospital 21000 Dijon (bus Divia L6 ou 11 arrêt Cité Dampierre)

Notes

[1extrait de Espèces d’espaces de Georges Perec, 1974, éd. Galillée