Exposition

Hommage à Roger Passet
Le Consortium

par Siloé PETILLAT

« Roger Passet était photographe. Il a exercé la profession de photographe à Dijon, dans son studio de la rue Monge, travaillant pour la publicité, l’industrie et la commande privée de portraits. Il a aussi réalisé une œuvre personnelle, faite d’exigence et de retenue, peu abondante, seulement connue des amis qui le fréquentaient. Certaines de ses images toutefois, un visage de femme en gros plan, un paysage qu’on ne peut situer et qui se remarquaient par leur tirage en noir et blanc, fortement contrasté et avec du grain, leur aspect mat, ainsi que par leur présentation, sans cadre, collées sur un support épais, ont été familières à beaucoup de passants dijonnais, parce qu’elles ont été montrées dans des vitrines de magasins du centre de la ville, une librairie réputée, un magasin de disques, rendez-vous de tous les amateurs de musique, ainsi que sur la porte de son immeuble, en guise d’enseigne : Roger Passet a ainsi été présent pendant des décennies dans la vie quotidienne à Dijon, sans que sa personne même soit réellement connue.

Roger Passet était d’une nature complexe et originale. L’homme se montrait réservé et séducteur, ami des vignerons comme des peintres et des sculpteurs, sédentaire et adepte de voyages lointains, visuel et passionné par la musique et notamment le chant, peu loquace et aimant la discussion en particulier sur les sujets qui touchent à la création artistique. Son intérieur témoignait de ses goûts avec son mobilier contemporain et le soin apporté au choix des matériaux et des couleurs, ainsi qu’aux éclairages. Des galets parfaitement polis, associés à des morceaux de bois flotté, des objets africains voisinant avec des tableaux abstraits de ses amis accrochés au mur où se trouvaient également quelques-unes de ses photographies de grand format, composaient un ensemble très cohérent et qui dégageait une impression forte, celle d’exprimer un monde.

Ce monde, Roger Passet l’a vraiment traduit en le photographiant. Ses photographies ressortent de trois ensembles distincts et qui se font écho, appartenant aux genres habituels : le portrait, le nu, le paysage. La prise de vue est opérée avec un appareil Leica, le film en noir et blanc de format 24 x 36 est de sensibilité rapide, le cadrage précis. Mais l’essentiel résulte du travail en laboratoire qui vient ensuite, où l’image est recadrée ; le tirage effectué sur du papier mat et faisant apparaître le grain, jouant des contrastes ou privilégiant les dégradés. Rien qui soit improvisé ou qui traduise l’instantané : les visages, les corps comme les paysages sont posés. Roger Passet cherche à exprimer l’immuabilité, la permanence à travers ses images toutes composées, où ce sont les masses qui sont utilisées plus que les lignes, où la lumière vient animer l’ensemble. Les portraits montrent les visages en cadrage serré, immobiles, n’exprimant aucune psychologie : ils traduisent la présence. Les nus, corps entier ou partie de corps, statiques, mettent en valeur les volumes et leur modulation. Les paysages, généralement des panoramas, constitués de registres parallèles, portent l’accent sur les structures. Il s’agit d’une vision totalement maîtrisée, il s’agit d’un monde abstrait.

Roger Passet l’a voulu ainsi jusque dans sa présentation : il utilise des formats qui ont plus à voir par leur taille avec ceux de la peinture et qui sont inhabituels, souvent un rectangle horizontal allongé. Ses épreuves sont collées sur des supports rigides, parfois des panneaux montrant une épaisseur, afin de donner du corps à l’objet. Les photographies sont présentées au mur, sans cadre ni sous-verre. S’il s’agit toujours de photographie, il est autant question d’autre chose, qui pourrait être l’équivalent d’un tableau, être vu de la même façon et procurer le même effet. »

Serge Lemoine

Plus d’info : site du Consortium

P.-S.

- Exposition du 16 décembre 2009 au 3 janvier 2010 ; entrée libre
- Vernissage de l’exposition et présentation du livre Roger Passet, Photographe des éditions Terres en vues le mercredi 16 décembre à 18h
- Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h, fermé les jours fériés
- Le Consortium, 16 rue Quentin, 21000 Dijon (Bus Divia L2, L4, arrêt Grangier, L7 arrêt St Bernard, ou L1, L3, L5, L6 arrêt Miroir)