EXPOSITION

Ivana Adaime Makac - Larmes de Lycurgue

LES ATELIERS VORTEX

par Florian BOURGEOIS

Les Ateliers Vortex présentent Larmes de Lycurgue, une exposition d’Ivana Adaime Makac. L’artiste, qui est originaire d’Argentine et vit et travaille actuellement à Paris, décline différentes propositions mettant à l’honneur le végétal, s’inspirant de la légende du grec Lycurgue, dont les larmes auraient fait jaillir des choux.

Communiqué de presse :

« Les rapports complexes et ambivalents que nous entretenons avec le vivant sont au coeur de ma démarche qui se nourrit, en reconfigurant de manière libre et distancée, des éléments provenant de la biologie, l’art floral, l’histoire de l’art. L’inachèvement de la forme, les cycles, l’observation, la mise en scène, l’expérience, le vivant mobilisent et articulent ma pratique. Naturel-artificiel, intérieur-extérieur, kitsch-minimal sont des notions que j’explore, pas comme des dichotomies d’opposition, mais comme des catégories coexistantes et superposables, aux frontières ambiguës et perméables. Envisageant mon travail sous un principe d’interconnexion et de rebondissements, je m’appuie sur les résidus résultants de chaque projet pour construire les suivants.

JPG - 507.7 ko
Ivana Adaime Makac

Le travail présenté aux Ateliers Vortex s’articule autour de trois pièces qui tissent un nuancier de temporalités et d’états qui évolue au fil de l’exposition.
Larmes de Lycurgue (qui donne son titre à l’exposition) est une mise en scène de sculptures réalisées à partir de choux de Milan, traversées par l’idée de la domestication du végétal. Par domestication, j’entends un processus par lequel les formes du vivant sont modelées, façonnées voire contraintes à épouser des formes. Ayant reçu différents traitements et présentant divers états (frais, asséché, glycériné…), le chou devient une matière qui recouvre les objets et parfois aussi une matière elle-même productrice de formes.
Parodia est une sculpture à évolution linéaire et à durée déterminée, que je réactive à la façon d’une pièce de théâtre depuis 2011. Cette sorte de pièce montée à base de feuillages coupés, comporte une dimension décorative qui se retrouve perturbée par des morsures d’« insectes ». Plutôt que de parodier les insectes, elle questionne les désirs de décoration et de contrôle que l’on projette sur le végétal.
Ligne d’épines reprend une pratique courante, relevant d’un comportement territorial et d’une stratégie de défense, qui consiste à placer du verre de bouteilles brisées sur le haut des murs entourant certaines propriétés. Dénués de toute fonctionnalité, ces alignements et enchevêtrements de verre brisé deviennent dans cette sculpture un motif décoratif à répétition. Le verre cassé dégage une violence propre aux logiques territoriales, tout en devenant un lieu d’accueil pour des boutures de plantes qui y feront des racines durant la durée de l’exposition. Et qui à leur manière vont domestiquer ce territoire hostile. (Ivana Adaime Makac) »

Plus d’info : site des Ateliers Vortex


- Exposition du 18 septembre au 4 octobre 2015 ; entrée libre
- Vernissage le samedi 18 septembre à partir de 18h
- Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h30
- Les Ateliers Vortex, 71-73 rue des rotondes 21000 Dijon (bus Divia 18 arrêt Stéarinerie)

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1253522

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site 2015  Suivre la vie du site Septembre   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2i + ALTERNATIVES + Hébergement : Agence interactive i-com + Gestion : Association position: relative;

Creative Commons License