Exposition

Jean Clerc - Une vie de rêve
Galerie Une vie de rêve - Galerie des Trois Pignons

par Siloé PETILLAT

La boutique de design Une vie de rêve vient de s’agrandir en annexant la Galerie des trois pignons, anciennement dédiée aux antiquités. Une exposition de Jean Clerc y est présentée jusqu’à fin 2012.

Communiqué de presse :

« (…) leurs pieds de devant ressemblent à la main de l’homme, & en font l’office ; ceux de derrière sont comme de grandes mains. Leurs doigts sont semblables à ceux des mains ; celui du milieu est aussi le plus long : ils se servent, selon le besoin, & des pieds & des mains. (…)
Indépendamment de l’espèce de rapport que plusieurs Naturalistes trouvent dans la figure extérieure du singe avec celle de l’homme, il est certain que ces animaux frappent encore plus notre vue que leurs mœurs, leurs gestes, leur manière de vivre en particulier ou en république. »
Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle
Par M. Valmont de Bromare, Démonstrateur d’Histoire Naturelle, Censeur Royal, Maître en Pharmacie, Honoraire de la Société Econom. de Berne, Membre de l’Acad. Impériale d’Allemagne, associé des Acad. Royales des Sciences, Belles-Lettres & Arts de Rouen, de Caen ; des Sociétés Royales des Sciences de Montpellier, d’Agriculture de Paris, &c.
Nouvelle édition revue et augmentée, Tome Cinquième. 1768 (M. DCC. LXVIII)

Jean Clerc, Grand Black Gorilla, 2012

Considérons la pâte à modeler comme un matériau dont la fleur donne sous les doigts un fruit coloré, brut, animé d’une sorte de vie, de présence, que décuple le changement d’échelle considérable obtenu par l’agrandissement photographique.
Aussi la trace des sillons de la pulpe des doigts paraît à la surface de l’objet modelé telle la rugosité de la peau de la bête, autant que le souvenir de ce pétrissage nécessaire à l’apparition de la forme.
Fabriquer, peindre, façonner des figurines de toutes sortes (depuis l’enfance) reste une source de plaisir et d’étonnement incroyable : un personnage advient, une créature prend forme, porteuse sans doute d’une histoire singulière, traversée d’émotions probables.
Cette fiction se constitue en deux temps : le modelage permet le personnage, la photographie en fait un portrait. C’est l’image qui m’intéresse : ce cadrage simple, la lumière plus ou moins contrastée, la couleur du singe, une amorce de mise en scène, à l’économie : chercher la neutralité autant que la forte singularité du personnage. La figure qui en résulte ne peut être préméditée. Elle m’échappe en quelque sorte.
Choisir les singes, après les lièvres vagabonds, me laisse une grande liberté, donne la distance, et laisse l’imaginaire jouer avec ces figures qui nous précèdent. Peut-être.
Pour l’anecdote, les Muséums d’Histoire Naturelle sont mes terrains de safari privilégiés. C’est sans doute à ces espaces insensés que mon inspiration se nourrit. Naturaliser un animal, c’est vraiment une idée d’homme. Aucun autre animal n’y aurait pensé. Fatal artifice que je cherche peut-être à conjurer en réalisant ces « portraits » plus grands ou plus vrais que « nature ».

Jean Clerc – Août 2012

Plus d’info : site du magasin Une vie de rêve

P.-S.

- Exposition du 29 septembre à noël 2012 ; entrée libre
- Vernissage le vendredi 28 septembre à 18h30
- Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 19h
- Galerie des trois pignons, 5 rue Chaudronnerie 21000 Dijon (bus Divia L6 ou 11 arrêt Théâtre)