Exposition

L’art (dit) conceptuel (les belles images des Archives modernes)
Les Archives modernes - ENSA Dijon

par Siloé PETILLAT

Cette exposition de livres d’artistes, réalisée à partir du fonds documentaire de l’association de Christian Besson Les Archives modernes, fait suite à une première version présentée au Mamco, à Genève, du 22 février au 31 mai 2009.

Communiqué de presse :

La dénomination « art conceptuel » suppose un art dématérialisé, producteur d’énoncés, et faisant fi de quelque manifestation physique que ce soit – peinture, objet, installation ou image en général –, du moins selon son mythe d’origine. Cette position de principe est lisible dans des titres d’ouvrages ou d’expositions de groupe comme : Konception/Conception ; If I had a mind ; Concept Art ; Conceptual Art ; Koncept Kunst ; Idea Art ; Information ; Art in the Mind, etc., sans parler du fameux ouvrage de Lucy Lippard, Six Years : The dematerialization of the art object from 1966 to 1972. La même dénomination a pu aussi revêtir une acception beaucoup plus large, un discours critique réprobateur plaçant dans ce même sac tout l’art des néo-avant-gardes du début des années 1970, et traitant de « conceptuel » Joseph Beuys, aussi bien que Daniel Buren , Richard Long ou Mario Merz ! Si l’on s’en tient au mythe de départ et à l’idéal visé par les notions de concept et de dématérialisation, la liste des œuvres et des artistes concernés est plus restreinte : Mel Bochner, Bernar Venet, Joseph Kosuth, Sol LeWitt, Lawrence Weiner, Art & Language, Robert Barry, Douglas Huebler, Ian Wilson, Stanley Brouwn, On Kawara et quelques autres. Les œuvres de ces artistes, ou plus précisément celles de leurs œuvres qui furent les plus proches de cet idéal de dématérialisation et se voulurent strictement conceptuelles, ces œuvres se sont-elles réduites à de pures idées, à de seuls énoncés dématérialisés ? Une enquête sérieuse, examinant l’ensemble des publications à travers lesquelles cet art s’est diffusé, montre au contraire qu’il s’est manifesté massivement en tant qu’images : reproductions de pages de revues, d’inserts dans la presse, de couvertures de livres, photographies d’installations, de documents au mur, ou d’espace vide, fiches et fichiers, pages blanches avec énoncé lapidaire au centre, tableaux et schémas, annonces sur des panneaux publicitaires dans l’espace urbain, tables jonchées de documentation, autoportrait de l’artiste assis à son bureau, etc. Il faut en conséquence prendre le label « Art conceptuel » comme une dénomination d’usage, et ne pas séparer cet art du procés nominaliste qui le désigna comme tel. Plutôt y mettre des guillemets et parler de « l’art dit conceptuel », – en soutenant que cet art n’a pas été moins iconique que d’autres. L’exposition que nous présentons entend montrer ces images de l’art dit conceptuel, et même pointer que lesdites images, reprises et diffusées, sont souvent des images d’images.

Commissariat : Christian Besson, Philippe Cazal, David Poissenot.

Plus d’info : site de l’ENSA Dijon

P.-S.

- Exposition du 20 novembre à mi-décembre 2009 ; entrée libre
- Vernissage le vendredi 20 novembre 2009 à 11h30
- Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h
- Pôle édition de l’école nationale supérieure d’Art de Dijon, 3 rue Michelet, 21000 Dijon (Bus Divia L1 arrêt Miroir ou L2 arrêt Bossuet Piron)