Expérimentations sonores et scéniques

Labomatique
Les derniers hommes

par Florian BOURGEOIS, Siloé PETILLAT

Le collectif Les Derniers Hommes organise le festival Labomatique dédié aux arts de la scène et aux nouveaux médias. Labomatique s’installera dans différents lieux culturels de Dijon pour présenter des projets artistiques et scéniques aux formes les plus contemporaines.

Extraits du communiqué de presse

« Le nom de Labomatique vient de lavomatique qui est l’ancienne appellation donnée aux espaces collectifs réservés aux machines à laver et autres technologies ménagères. [...] A travers cet événement, nous souhaitons piquer la curiosité du public dijonnais avec des hybrides et des inclassables du théâtre, de la danse, du cirque, de la musique, de la performance ; enfin toutes formes scéniques et éminemment contemporaines. Nous avons mis l’accent sur des productions éclectiques mêlant diverses disciplines danse-théâtre-musique-arts plastiques au regard des technologies innovantes. Notre sélection évoque la problématique sous-jacente selon laquelle les arts vivants seraient confrontés à réfléchir à de nouvelles formes de représentations scéniques. En effet, comment de nos jours donner une image dépoussiérée et inouïe de la scène contemporaine ?

Beaucoup se tournent vers l’usage des technologies, mais aussi vers toutes les formes d’intelligence du monde qui peuvent enrichir la scène. Cette orientation donne lieu à des narrations changeantes, mouvantes, démultipliées et esthétisantes, à des digressions plus ludiques et artistiques qui renouvellent l’écriture scénique et dramaturgique. La technologie ne peut plus être seulement au service de l’art, mais elle doit être réévaluée à sa juste valeur, comme une possibilité narrative au même titre que le texte, le son, la lumière, le rythme, l’esthétique et le corps. L’ère de l’expérimentation par le plateau serait-elle une solution aux limites du théâtre contemporain ? La réponse est envisageable et mérite qu’on s’y arrête un moment.

La naissance de Labomatique était le premier résultat de nos interrogations et de notre questionnement sur l’art contemporain en général. L’art vivant, par le terme même, démontre qu’il est toujours en action, en mouvance et en transformation. C’est pourquoi nous devons montrer les évolutions que cet art de la représentation entretient avec son époque (une époque en grande fluctuation) et les différents outils iconographiques que l’art du spectacle utilise. [...] Pendant plusieurs jours, nous demanderons aux artistes invités d’investir le ou les lieux proposés avec des créations scéniques de formes diverses. Ils seront libres de nous inviter à découvrir un programme artistique en rapport avec leurs désirs et leurs influences. Il s’agira pour la compagnie, le collectif ou l’artiste invité de nous faire voir un de ses spectacles et surtout de proposer un ou des ateliers de laboratoire ou workshops autour d’un univers artistique novateur et/ou encore de défendre ses choix artistiques et les positions artistiques prises. [..]

La pluridisciplinarité que les derniers hommes défendent à travers Labomatique tente de s’inscrire dans des formes telles que la performance, le happening ou la théâtralité. Proposer cet évènement à un artiste, un collectif ou une compagnie, c’est tout d’abord lui offrir de l’espace et du temps pour montrer ce qu’il crée. Il s’agit ensuite, de l’inscrire dans un territoire et de propager son discours ou ses revendications artistiques auprès d’un large public en proposant des workshops, ateliers et stages de pratique. Enfin, il s’agit de positionner singulièrement Labomatique par rapport à d’autres initiatives du même genre, en donnant la possibilité à l’artiste, accueilli plusieurs jours, d’expérimenter se pratique à travers des laboratoires ou stages. L’association les derniers hommes détourne et décale de cette manière, la position programmateur / artiste. En effet, pour Labomatique, les programmateurs décident seulement d’inviter une compagnie dont les travaux sont innovants et correspondent à leurs attentes artistiques. Puis, les artistes eux-mêmes deviennent maîtres de ce qu’ils souhaitent montrer de leur travail, de leurs recherches avec un budget donné et un temps donné. Prendre des risques à travers une programmation en spectacle vivant contemporain est inhérent à l’existence même de Labomatique. Ce festival est un espace d’expérimentation et de laboratoire, il doit être et rester pour les artistes accueillis, un espace libre de tous les possibles et de toutes les recherches. Le genre d’espace trop rare qui pourtant est nécessaire et primordial pour que l’art de notre époque puisse s’exprimer, entrer dans l’Histoire et trouver sa renommée dans l’Histoire de l’Art. [...] »

Romain Moretto, Rimbaud calé en 1000 calories

Programme

- du vendredi 11 au jeudi 24 novembre 2011 :

Random 2 : de Thomas Loyer / création 2011
Vernissage le 11 novembre à 19h
Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 19h.
Galerie Nü Köza – 18 rue Charlie Chaplin – quartier Petit-Cîteaux 21000 Dijon
Entrée libre.

- mardi 15 novembre 2011 :

Four 6 : partition de John Cage par l’Institut des Recherches Menant à Rien
19h – Le Consortium – salle de concert – 37 rue de Longvic 21000 Dijon
Durée : 30 minutes.
Tarifs : 8€ – 5,5€.

- mercredi 16 novembre 2011 :

Faire : par Cécile Choumiloff / création 2011
18h – Galerie Nü Köza – 18 rue Charlie Chaplin – quartier Petit-Cîteaux 21000 Dijon
Durée : 20 minutes
Entrée libre.

Rimbaud calé en 1000 calories : par Romain Moretto / création 2011
19h – Le Consortium – salle de concert – 37 rue de Longvic 21000 Dijon
Durée : 60 minutes
Tarifs : 8€ – 5,5€.

- jeudi 17 novembre 2011 :

From her to eternity, 60’ : par Charlotte Kaminski / création 2011
19h – Le Consortium – salle de concert – 37 rue de Longvic 21000 Dijon
Durée : 60 minutes
Tarifs : 8€ – 5,5€.

- vendredi 18 novembre 2011 :

Le SaS : par Emilie Lafranceschina / cie. l’un dans l’autre / création 2011
19h – Théâtre Mansart – 94 boulevard Mansart 21000 Dijon
Durée : 45 minutes
Jauge : 25 personnes
Tarifs : 8€ – 5,5€.

Cryonics chants : par Chiara Guidi et Scott Gibbons / Socìetas Raffaello Sanzio
20h30 – atheneum – campus universitaire de Dijon
Durée : 60 minutes
Tarifs : 8€ – 5,5€.

"The Cryonic Chants" de la Societas Raffaello Sanzio. Crédits photos : Francesco Raffaelli

- samedi 19 novembre 2011 :

Le SaS : par Emilie Lafranceschina / cie. l’un dans l’autre / création 2011
19h – Théâtre Mansart – 94 boulevard Mansart 21000 Dijon
Durée : 45 minutes
Jauge : 25 personnes
Tarifs : 8€ – 5,5€.

"Il n’y a rien à faire. Vous pouvez compter sur moi. Je m’en charge." : par Jérôme-Paul Carre / UZ Compagnie Pâté-assiette / création 2011
21h – Le Consortium – salle de concert – 37 rue de Longvic 21000 Dijon
Durée : 40 minutes
Entrée libre.

Concert expérimental final : par DR.UNK / NOON / AZNEK TCHOO
22h – Le Consortium – salle de concert – 37 rue de Longvic 21000 Dijon
Entrée libre.

Plus d’info et programme complet : site de Labomatique

P.-S.

- Festival du 11 au 19 novembre 2011
- Vernissage le vendredi 11 novembre 2011 à 19h
- Tarifs : selon spectacles ; gratuit pour les moins de 12 ans
- Divers lieux dans Dijon