Les publications de l’Atheneum

par Florian BOURGEOIS

Depuis 2001 l’Atheneum accueille des artistes en résidence ou sur des projets ponctuels. Il collabore aussi avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon (ENSA) pour permettre à de jeunes diplômés de présenter leurs productions.

Ce soutien à la jeune création est accompagné par la publication de catalogues consultables à l’Atheneum et dans les bibliothèques de l’université de Bourgogne.

Présentation de l’éditeur pour chaque ouvrage :

Out of nowhere, la rumeur de Dijon

- Par Gérald Petit accueilli en résidence sur la saison 2001 - 2002

Presque un miracle

- Par Harald Fernagu, artiste accueilli en résidence sur la saison 2003 - 2004

Damien Cazé

- Il a exposé un ensemble de petits tirages numériques d’architectures dépouillées, sans personnage, accompagnés de poèmes, de textes anecdotiques et d’aquarelles ou bricolage. Par le télescopage de ces éléments, Damien Cazé donne un sens ludique et "bordélique" au réel.

Julien Coignet

- Il a réalisé pour notre lieu d’exposition un vaste projet topographique. En s’inspirant de multiples plans d’iles, il crée une visualisation ambigüe de lieux pouvant faire référence aux iles de romans fantastiques, aux recherches scientifiques ou aux modélisations géopolitiques. Proche de la base de données, Julien Coignet nous fait découvrir un univers entre dessin, installation, et mise en espace.

Cedric Debeaumarché

- Cedric Debeaumarché nous invite à entrer dans un "espace écran" qu’il compose comme une toile, avec pour touche le pixel et avec pour composition le cadre. L’image et le son sont au service d’un sentiment plus que d’une histoire. Non pas que les vidéos n’aient pas de sens, mais au contraire qu’elles recèlent de lectures latentes.

Cecile Emmorine

- Elle utilise la technique (encre sur papier de soie) pour présenter des séries de portraits auxquels elle donne un aspect vivant. Chaque portrait serait négation des autres et contestation de l’idée même d’identité. Elle cherche ce qui reste indéchiffrable en chacun de nous. La part imprévisible, qui découle des aléas de l’impression rapproche son travail de la vie elle-même.

David Poissenot

- Il recycle des ingrédients humbles (cendres d’incinérateurs, chiffons, huile ou vin) pour faire des peintures. Ses "paysages résiduels urbains" doivent être approchés de près pour que l’on en saisissent la beauté et la matière très travaillée en dépit de ces supports austères aux formats systématiques.

Mirela Popa

- Cette jeune artiste d’origine roumaine a présenté un ensemble de photographie autour de la mémoire et du souvenir. Elle nous raconte sa jeunesse, imprégnée de la politique totalitaire de son pays sous Ceausescu, à travers des images qui s’entrechoquent et l’accumulation d’affiches d’une population en quête d’identité.

Tony Regazzoni

- Il confronte figures abstraites et réalité. De galeries de peintures, l’espace d’exposition devient galerie de glaces et de sucreries. Il mêle l’univers du jeu et de la confiserie géante et met en relation l’art et la culture de la régression ou du divertissement.

Nathalie Ruiz

- "Jonglerie de bombettes cocotier argent, bleu azur, fragmentées de rouge éblouissant. Fontaines or/argent à projections multiples crépitantes." Nathalie Ruiz propose un véritable feu d’artifices de formes et de couleurs qu’elle matérialise par le trait naïf d’un feutre sur la page blanche.

Kentaro Takemura

- cet artiste d’origine japonaise se plait à mettre en scène le spectateur dans ses installations. Faisant référence à la fois à sa propre culture mais aussi aux artistes abstraits tels que Malevitch, il utilise le visiteur comme un acteur primordial dans la concrétisation de son art.

Laure Tixier

- Les œuvres polymorphes que réalise Laure Tixier s’inspirent des fameux Crop Circles, formes géométriques laissées dans les champs de blés du monde entier par de supposés extraterrestres. Utilisant les influences du Manga, du jeu, en passant par la photographie et la peinture, l’artiste aborde l’influence de l’architecture sur la géographie, la politique, l’aspect social et culturel. Elle tisse des liens entre utopie science-fiction et art.

Plus d’info : Atheneum