Exposition - Quetigny (21)

Marc Couturier - Bois
Galerie Barnoud

par Siloé PETILLAT

L’exposition d’été de la Galerie Barnoud à Entrepôt 9, à Quetigny, est consacrée à Marc Couturier, en collaboration avec la galerie Laurent Godin (Paris). Né en 1946 en Côte-d’Or, à Mirebeau-sur-Bèze, l’artiste vit et travaille à Paris. Par ailleurs, pour sa première participation au week-end d’art contemporain "Une Partie de Campagne", à Chassagne-Montrachet (à quelques kilomètres de Beaune) du 25 au 27 mai 2018, la Galerie Barnoud présentera des œuvres de Marc Couturier et de Philippe Gronon. Plus d’informations : http://updcart.com.

Communiqué de presse :

« La Galerie Barnoud a le plaisir de présenter Bois, une exposition personnelle de Marc Couturier, un parcours à travers divers aspects de son travail : redressements, dessins, sculpture et photographie.

Il y a […] des hommes dont la fonction est de voir et de nous faire voir ce que nous n’apercevons pas naturellement.

Bergson, La pensée et le mouvant (1934)

Marc Couturier, Redressement n°2, 2018

Marc Couturier est un voyant. Sensible à "l’essence poétique des choses" [1], son regard dépasse les limites du réel pour en révéler l’inconnu, le "déjà là", non visible tant que l’artiste n’y a pas mis la main. Cette disposition d’esprit, sa manière attentive et singulière de considérer le monde qui l’entoure, ses trouvailles fortuites et surprenantes, sont à l’origine d’œuvres humbles et délicates, à la frontière entre perceptible et imperceptible. Marc Couturier est l’auteur du concept du Redressement, terme qu’il utilise dès 1990 pour désigner des objets rencontrés par hasard (tuiles, morceaux de bois, pots de terre, papiers maculés, feuilles d’aucuba…) dont les dessins naturels présentent des formes ou des paysages reconnaissables. Tel un inventeur de trésor, l’artiste découvre et collectionne les choses usées, tachées, d’où surgissent des images "non faites de main d’homme", propres à la rêverie et à la contemplation.

Vue de l'exposition Bois de Marc Couturier, Entrepôt 9, Quetigny, 2018

Parallèlement, les œuvres "faites de main d’homme" consistent notamment en la pratique assidue du dessin, sous forme de gribouillages légers, pourtant parfaitement maîtrisés, à peine visibles lorsqu’ils sont réalisés à la pointe d’argent. Marc Couturier explique la genèse de ces dessins comme une "méditation des marges qui demande parfois plus de temps que l’exécution du tracé proprement dit et correspond au temps d’imprégnation. Ce dessin s’origine dans l’inscription de la marge et n’existe que dans son rapport avec la marge. Le mouvement qui s’élabore alors en haut à gauche demande simultanément une grande ascèse mentale et une puissante énergie physique ; impulsion et rythme s’accordent et insufflent une énergie transe-formée. Tout mon être, à ce moment, est engagé en un geste à la fois contenu et continu, jusqu’au point final en bas à droite. Le temps, dans son déroulement, change de nature, se concentre, se dilate, devient une énergie, un temps qui propulse". [2]

Vue de l'exposition Bois de Marc Couturier, Entrepôt 9, Quetigny, 2018

Pour cette exposition, Marc Couturier a réalisé à la mine de graphite un grand dessin mural qui s’inscrit dans la série des Dessins du 3ème jour, en référence au livre de la Genèse où, au troisième jour de la Création, les eaux se séparent de la terre sur laquelle sont créés la Nature et les végétaux.

Marc Couturier est né en 1946 à Mirebeau-sur-Bèze (Côte d’Or), il vit et travaille à Paris. Il est notamment l’auteur des vitraux de l’église d’Oisilly (Côte d’Or), réalisés en 1994 dans le cadre des Nouveaux commanditaires. »

Plus d’info : site de la galerie Barnoud

P.-S.

- Exposition du 18 mai au 29 septembre 2018 ; entrée libre
- Vernissage le vendredi 18 mai à partir de 18h
- Nuit européenne des musées le samedi 19 mai jusqu’à 20h
- Ouvert du mercredi au samedi de 14h30 à 18h30, ou sur rendez-vous - fermé les 25 & 26 mai, le 14 juillet et du 1er au 28 août
- Galerie Barnoud - Entrepôt 9, 2 rue Champeau 21800 Quetigny (tram T1 arrêt Cap vert)

Notes

[1Extrait du communiqué de presse de l’exposition de Marc Couturier à Interface, Dijon, en 2002.

[2Propos recueillis en 2008 par Anne-Marie Charbonneaux