Exposition

Muriel Carpentier - Abysses
Association Bourguignonne Culturelle (ABC)

par Siloé PETILLAT

L’A.B.C. présente une exposition personnelle de Muriel Carpentier (née en 1985, vit et travaille à Dijon).

Communiqué de presse :

Muriel Carpentier, animal en liberté

« D’abord, son œil. Grand ouvert. Impatient. Son iris comme un précipice. Bienvenue dans l’univers à fleur de peau de Muriel Carpentier. Née sous la belle étoile de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Dijon, Muriel est caméléon, ascendant intrépide. Elle travaille seule ou à plusieurs (Mulupam, A4Designers, Compagnie CMS, Mrs Wolf, Kino Moutarde entre autres). Partout où elle voyage, elle gratte souvent jusqu’à l’âme humaine et partage parfois sa lampe frontale avec quelques complices. Artiste en tous sens, Muriel convoque la matière, le volume, le corps et les sons dans les mêmes aventures. Elle observe pour mieux modeler, scrute pour mieux métamorphoser, installe pour mieux décaler. Chez elle, le regard est si important qu’elle en a fait le cœur de plusieurs projets. Laisser voir pour mieux faire croire. Figurer la jouissance pour mieux soulever le cœur. L’inconnu aimante, le voyeur devient épié, le mateur est maté. Sous la dentelle des compositions de Muriel Carpentier rôde souvent un érotisme brûlant. Plus elle avance, plus elle prend l’espace pour mieux connaître l’espèce humaine. Chez elle, même les cauchemars sont souvent éclairants. Au théâtre, son travail de scénographe épouse les corps des comédiens pour étirer le champ des possibles. Mais elle sait aussi jouer des masques pour mieux mettre l’âme à nu et les fantasmes au jour. Son monde est peuplé de créatures aussi inquiétantes qu’attirantes. Elles surgissent puis disparaissent, comme des songes mouvants apparus sur un drap blanc. Les monstres sont parfois ces objets dont on veut se débarrasser. Les créatures de Muriel deviennent vite indispensables car elles nous rassemblent et nous ressemblent obstinément. Entrer dans son univers, c’est accepter de perdre ses repères et gagner le cœur du volcan. La pente est parfois violente. Mais plus le cratère approche, et plus le cœur s’emballe, au mépris du danger. Pieds nus sur le chemin escarpé, Muriel construit pas à pas une œuvre ardente et foisonnante guidée par une sensualité aventureuse et un onirisme renversant. »

Fred Joly

Abysses, l’âme de fond

« Approchez. Encore un peu. Là. Oui, là. Vous y êtes. Prêts ? ll va falloir plonger. Aller voir au fond qui se cache vraiment. Muriel Carpentier repousse les frontières de l’intime et dévoile ses Abysses. Constamment aux aguets, ses travaux ont l’habitude de passer d’une rive à l’autre sans jamais craindre les profondeurs. Ainsi aperçoit-on immergées quelques-unes des créatures qui traversent l’œuvre de l’artiste plasticienne-vidéaste-scénographe. Les formes sont-elles humaines ? Était-ce une femme ou seulement une apparition ? Les fonds sont-ils enfantins ou enfantent-ils encore étrangement ? Plus le fond s’approche, plus les créatures sont organiques et vénéneuses, chair à vif et viscères en galbe. Le trait est précis, les formes gagnent en volume, les limbes frissonnent au rythme de la mine graphite, le fusain, le stylo puis les bombes et les encres colorées. Il faut garder les yeux ouverts sous l’eau. Ne pas craindre le frisson. Aimer perdre pied. Au plus profond des océans, des voix inconnues chuchotent que les Abysses de Muriel Carpentier seraient l’immense miroir de l’âme humaine et ses tourments. Oserez-vous vous approcher ? »

Fred Joly

Plus d’info : site de l’A.B.C.

P.-S.

- Exposition du 7 septembre au 4 novembre 2017 ; entrée libre
- Vernissage le jeudi 7 septembre 2017 à 18h
- Ouvert du mardi au samedi de 13h à 18h
- Hall de l’ABC, 4 passage Darcy 21000 Dijon (tram T1 ou T2 arrêt Darcy)