Exposition - peinture aborigène

Peindre pour vivifier la terre
L’Espace de l’Encadreur

par Siloé PETILLAT

La galerie L’Espace de l’Encadreur accueille du 10 au 17 avril une exposition-vente de 40 peintures aborigènes. Afin d’accompagner la découverte de cet art venu d’Australie, des conférences sont également programmées.

Exposition

Extraits du communiqué de presse :

« La naissance de la peinture aborigène est un de ces moments magiques où le génie d’un peuple transforme sa souffrance en création. La peinture aborigène telle que nous la découvrons ici est née de la rencontre d’une spiritualité ancestrale confrontée au traumatisme de la colonisation européenne, mais aussi de l’accès aux matériaux modernes qui ont permis son évolution et sa diffusion.

Profondément authentique mais non figée, nourrie comme depuis toujours de l’inépuisable répertoire de mythes du Temps du Rêve, elle est un art hybride dont l’avènement fait échec au chaos.

[...] L’exposition "Peindre pour vivifier la terre" présente des œuvres de communautés importantes et de peintres dont les noms parleront aux connaisseurs : Naata Nungurrayi, Kenny Williams Tjampinjimpa, Ningura Napurrula, Rusty Peters, Nyurrapaya Bennett Nampinjimpa, Mitjili Napurrula, Jeannie Petyarre...

L’exposition comporte une quarantaine de toiles acrylique sur lin, principalement d’artistes de Papunya Tula ou école du désert central (Pintupis, Warlpiris, Pitjantjarras), mais aussi quelques œuvres d’Utopia et une dizaine de toiles du Kimberley (école de Turkey Creek) réalisées en pigments naturels issus de la terre australienne. »

Conférences

Vendredi 11 avril à 17h
"Divas" du bush. Peinture et secrets de femmes : Véritable concentré de sens, d’une grande variété de style, la peinture aborigène, très féminine, témoigne de l’importance des Grandes Ancêtres Femmes du Temps du Rêve dans la spiritualité de ce peuple.

Samedi 12 avril à 17h
L’Art médecin. La peinture thérapeutique des Aborigènes : La maladie est une perte d’harmonie qui interroge le social, le physique, le spirituel. Dans le maintien de cette harmonie ou son rétablissement, l’expression artistique est de première importance.

Dimanche 13 avril à 17h
L’art aborigène au tribunal. La peinture comme titre de propriété foncière : A partir de 1976, dans le Territoire du Nord de l’Australie, les Aborigènes furent autorisés à récupérer leurs territoires ancestraux. Pour ce peuple artiste né, seuls les peintures, les chants, les danses étaient capables de faire la preuve de leur « ancienneté territoriale » et furent présentés dans les cours de justice.

Plus d’infos : Blog sur la peinture aborigène d’Australie

P.-S.

- Du 10 au 17 avril 2008 ; entrée libre
- L’Espace de l’Encadreur, 30 rue Charrue, 21000 Dijon (Bus Divia L2 ou L4 arrêt Bossuet Piron ; L1, L3, L5 ou L6 arrêt Hôtel de Ville)