Exposition

RIVIÈRE SANS RETOUR
Interface - École Nationale Supérieure d’Art de Dijon - Fonds régional d’art contemporain de Bourgogne

par Siloé PETILLAT

Interface a invité Bruno Rousselot, artiste et professeur à l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon, à sélectionner pour cette exposition à l’appartement/galerie des œuvres liées à l’atelier peinture de l’ENSA (de Francesca Brugola, Hugo Capron, Angélique Jacquemoire, Richard Mourouvin, Jordan Popovitch, Erika Povilonyte, Ekun Richard, Théophile Sartori), qui ont été mises en regard de tableaux de Martin Barré et de Charles Lapicque, prêtés respectivement par le FRAC Bourgogne et le Musée des Beaux-Arts de Dijon. À noter : le dernier jeudi de l’exposition sera organisée une soirée du cycle INTERNOTE, pendant laquelle Bruno Rousselot animera une visite commentée, avant un moment musical organisé par Why Note et une dégustation de vins naturels.

Communiqué de presse :

« Ayant été sollicité par Interface pour organiser l’exposition en 2019 j’ai souhaité créer un focus sur la peinture, ceci dans le cadre de l’atelier peinture actif depuis six ans à l’ENSA.

J’ai réuni des étudiants, des jeunes diplômés et des étudiants Erasmus. Cette sélection s’est faite autour des spécificités de la pratique de la peinture aujourd’hui, en 2019 à l’ENSA. Aujourd’hui la peinture existe dans un contexte où les médiums artistiques se sont multipliés, où la notion d’avant-garde a disparu, ce qui a entrainé une diversité formelle qui peut paraître moins lisible. Pour cela j’ai souhaité mettre le travail de ces jeunes artistes en regard avec deux tableaux iconiques du XXè siècle issus des collections publiques de Dijon :

- Charles Lapicque, 1898-1988, Le Sémaphore de Pleubian, 1953, collection Musée des Beaux-Arts

- Martin Barré, 1924-1993, 87-89-72×162 A, 1987-1989, collection Frac Bourgogne.

Ces deux œuvres par leur relative marginalité à l’époque de leur création et par leur différence formelle sont représentatives de la scène actuelle. Leur présence dans cette exposition montre aussi que la pratique picturale s’inscrit dans une histoire sans fin…

Rivière sans Retour (River of no Return, 1954), le titre du seul western réalisé par Otto Preminger, indique que la peinture, qu’elle soit abstraite ou pas, reste en relation avec le monde réel et représente le mouvement de ceux qui la pratiquent. Aujourd’hui il y a vingt-quatre étudiants inscrits dans l’atelier peinture, ils pratiquent principalement la peinture mais aucun autre médium n’est exclu, l’atelier est animé par Anne Brégeaut, Alain Bourgeois, Gerald Petit, Lionel Thénadey et moi-même.

Cette sélection se veut représentative, bien que subjective, du travail qui y est fait depuis sa création. L’un des principes de l’exposition est celui d’avoir choisi des travaux très récents. Cette exposition est « un statement » sur l’actualité des pratiques picturales contemporaines, on y trouve donc un certain nombre de tableaux mais aussi un travail spécifique sur l’espace, réalisé sur place. »

Bruno Rousselot, artiste et professeur (École Nationale Supérieure d’Art de Dijon)

Plus d’info :
- site d’Interface
- site de l’ENSA Dijon

P.-S.

- Exposition du 23 mars au 20 avril 2019 ; entrée libre
- Vernissage le samedi 23 mars 2019 à partir de 18h
- Soirée du cycle INTERNOTE le jeudi 18 avril à 18h (coproduite avec Why Note)
- Exposition ouverte de 14h à 19h du mercredi au samedi et sur rendez-vous
- Interface, 12 rue Chancelier de l’Hospital 21000 Dijon (bus Divia L6 ou 11 arrêt Cité Dampierre)