Exposition

Attention, les voilà !
INTERFACE - ENSA Dijon

par Florian BOURGEOIS

Interface présente une sélection d’œuvres des étudiants de cinquième année Art sélectionnées par Philippe Bazin, artiste et professeur à l’ENSA Dijon.

Carton d’exposition, Très bientôt // attention, les voilà !, Interface, 2016

Communiqué de presse :

« En 1863, Baudelaire oppose dans un célèbre texte l’artiste au sens d’un spécialiste à « l’homme du monde », celui qui embrasse, parcourt et observe le monde entier, un voyageur toujours en mouvement. Celui qui parcourt « le monde moral et politique ». Ce qui constitue exactement « la morale et l’esthétique de notre temps ». Jeff Wall ne dit pas autre chose en reconnaissant sa dette à Baudelaire : « Baudelaire à reconnu que, avec l’essor de la notion du quotidien, de la vie vécue dans son actualité par les individus, tout ce qui compte devait être exprimé dans les termes de cette expérience de l’actualité, à tout moment, et que cette expérience devait être capable d’absorber et de réinventer toutes les formes prédominantes dans lesquelles l’art avait été jusqu’alors imaginé, religieuses, mythiques, rationalistes, etc. Tout devait pouvoir se retrouver « dans la rue », où l’auréole du poète est à jamais tombée ». Au début des années 60, la performance apparue à New York (Susan Sontag) a permis à l’art de se libérer du cadre du musée et de la galerie, investissant ainsi tout lieu disponible, un garage, un appartement, le désert etc., en un mot la rue. Mais bien sûr cette notion n’est pas propre à l’art et s’étend à tout les champs des activités humaines, dans l’entreprise, la communication, la publicité, le tourisme, la guerre. Jeff Wall, intégrant cette notion, montre comment celle-ci a peut-être provoqué « la chute du poète dans la rue ». La rue est le paradigme d’une société de la performance, pour qui aucun espace ne saurait échapper à son emprise, l’espace privé quel qu’il soit devenant le lieu rétréci de la ruine. Les voilà donc, ces jeunes artistes du XXIe siècle, conscients de parler et d’agir depuis la rue sur un champ de ruines, comme Lucas Jacquet ; reconstruisant à coup de mots comme des serpes bien aiguisées (Clara Vidal-Rosset) un espace du langage commun dans toute sa poétique ; allant retrouver dans les lieux de l’origine tout aussi bien que dans les squats de la mégalopole ce qui survit du chant des peuples (Marianna Capuano) ; cherchant dans le tempo de la musique cela même qui la met à mal et la rend dissonante aux rythmes du quotidien (Benjamin Grivot) ; alors que Yoon Minsuk engage son corps débridé comme une invite à partager ces rythmes dans un lieu éphémère. Si le monde contemporain dans son efficacité performative semble détruire l’espace public, la rue, alors ces jeunes artistes nous montrent peut-être où et comment cet espace du commun peut encore exister. Philippe Bazin »

Plus d’info :
- site d’Interface

P.-S.

- Exposition du 19 mars au 23 avril 2016 ; entrée libre
- Vernissage le vendredi 18 mars à partir de 18h
- Ouvert de 14h à 19h du mercredi au samedi et sur rendez-vous
- INTERFACE appartement / galerie, 12 rue Chancelier de l’Hospital 21000 Dijon (bus Divia L6 ou 11 arrêt Saumaise)