Conférence

Vincent Chambarlhac - Coopérative, politique et institutions artistiques : Le grand méchoui des Malassis en 1972
MSH de Dijon - Centre Georges Chevrier - CIMEOS (EA 4177)

par Siloé PETILLAT

Vincent Chambarlhac donnera une conférence à la MSH de Dijon le 15 octobre 2013 sur la coopérative des Malassis, une association d’artistes (Parré, Tisserand, Cueco, Fleury, Latil et Zeimert) créée en 1970.

Communiqué de presse :

Dans le cadre du cycle de conférence "Cultures et Sociétés" organisée par la MSH de Dijon en partenariat avec le Centre Georges Chevrier et le CIMEOS (EA 4177), conférence, le 15 octobre 2013, de Vincent Chambarlhac : Coopérative, politique et institutions artistiques : Le grand méchoui des Malassis en 1972.

Ce cycle s’adresse aux étudiants de l’Ub, notamment ceux des filières qui préparent aux métiers de la culture. Librement ouvert au public, il participe d’une volonté assumée de démocratisation des savoirs à l’échelle, non seulement du Grand campus, mais de la Cité.

« "Quand l’art se mêle de politique, cela devient ignoble". Pour problématiser cette intervention, une citation de Jacques Chaban-Delmas, promoteur d’une « nouvelle société » dont la fonction avérée est alors d’apurer les questions ouvertes par la décennie 68. Elle s’inscrit dans la conjoncture singulière d’une exposition, 1972, 12 ans d’art contemporain en France, voulue par le président Pompidou ; elle forme d’une certaine manière un point de non-retour dans une séquence ouverte en 1965 où art et politique se questionnent, où la question de la figuration devient le pivot de ces échanges. Elle est, selon Pierre Bourgeade dans Combat, une « expo-flic ». Elle est, dans le cadre d’un travail sur la Coopérative des Malassis entrepris avec Bertrand Tillier, significative sinon emblématique. J’aborderai cette exposition en oblique, par une série de clichés pris par Lucien Fleury lors du décrochage des toiles composant Le grand méchoui des Malassis (64) entre deux charges de CRS. Une réflexion donc ouverte par le « ça a été » propre à la photographie avant que de questionner ce que ces clichés disent d’une pratique artistique collective, la coopérative, en miroir des traditions du mouvement ouvrier, de leur pertinence dans l’affrontement simulé type « police et culture » joué avec une égale habileté par les « gauchistes » et Raymond Marcellin. L’ignominie est sans doute là. »
Vincent Chambarlhac

Vincent Chambarlhac est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne, membre du Centre Georges Chevrier. Ses recherches se situent à la charnière de l’histoire politique et de l’histoire culturelle. Il a notamment publié : L’espace pernandais aux échelles de l’histoire, Annales de Bourgogne, tome 23, 2011, [avec Thierry Hohl et Bertrand Tillier], Léon Rosenthal. Chroniques d’art de l’Humanité (1909-1917), Dijon, EUD, 2012 et [avec Thierry Hohl et Bertrand Tillier], Léon Rosenthal 1870-1932 : Militant, critique et historien d’art, Hermann, 2013.

Plus d’info : site de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon

P.-S.

- Conférence le mardi 15 octobre 2013 de 17h à 19h ; entrée libre
- Amphithéâtre de la MSH de Dijon, 6 esplanade Erasme 21000 Dijon (tram T1 arrêt Erasme)